Hubert Van Eyck a plus participé à la réalisation de l'Agneau mystique qu’on ne le pensait

De nouvelles recherches menées lors de la récente restauration de la partie inférieure du polyptyque de l'Agneau mystique (achevé en 1432) montrent que la participation d'Hubert Van Eyck au chef d'œuvre de son frère Jan a été plus importante qu'on ne le pensait. La conclusion a été formulée ce mercredi à la lumière de travaux menés par l'Institut du patrimoine artistique (KIK) et l'Université d'Anvers. Les experts sont convaincus d’avoir découvert pour la première fois la touche du peintre Hubert Van Eyck.

La première phase de restauration du tableau avait été entamée en 2012. La deuxième est désormais achevée, avec notamment la suppression de surcouches datant du 16e siècle. En 1823, le retrait d'une couche sur le cadre avait dévoilé un poème en latin contenant des informations cruciales. Il indiquait qu'Hubert Van Eyck avait entamé l'œuvre et que son frère Jan l'avait terminée en 1432.

Le texte a alors donné lieu à d'innombrables interprétations sur l'implication de chacun des Van Eyck. Les chercheurs savent qu'Hubert est mort en 1426, vraisemblablement lors de la réalisation de l'Agneau mystique. On ne lui connaît aucune autre œuvre. De nouvelles analyses des panneaux du polyptyque prouvent désormais que la part d'Hubert Van Eyck ne s'est pas limitée à l'ébauche, contrairement à ce qui était jusqu'à présent admis.

Dans une deuxième phase, Jan a recouvert et complété le travail de son frère, tout en laissant certaines parties intactes. Les recherches ont aussi permis de relever des traces de restauration d'un troisième homme, probablement à la fin du 15e siècle.

La partie supérieure de l'œuvre exposée à la cathédrale Saint-Bavon de Gand (Flandre orientale) fera l'objet d'une troisième et dernière phase de restauration. Celle-ci devrait être achevée en 2025.

A gauche peint par Hubert Van Eyck, à droite peint par Jan Van Eyck

Les plus consultés