La capacité de production de l'éolien en mer du Nord sera triplée

Le Conseil des ministres a donné ce vendredi son feu vert à un triplement de la capacité de production d'énergie éolienne en mer du Nord d’ici 2030. Aux éoliennes plus grandes et plus puissantes viendra s’ajouter une île d’énergie en Mer du nord. La Belgique souhaite devenir ainsi l’un des leaders en production d’énergie éolienne.

Pour le permettre, la capacité de la zone Princesse Elisabeth, pas encore opérationnelle, passera des 2 Gigawatts initialement prévus dans le cadre du projet à 3,5 GW. Avec les 2,2 Gigawatts produits depuis 2020 par les éoliennes d'une autre zone, déjà pleinement opérationnelle, la production d'énergie éolienne en mer devrait atteindre quelque 5,8 GW en 2030, soit la consommation en électricité de l'ensemble des ménages belges. C’est ce qu’ont annoncé ce vendredi les ministres de la Mer du Nord Vincent Van Quickenborne et de l'Energie Tinne Van de Straeten. Cela représente plus globalement 30% de la demande d'électricité totale en Belgique.

Les études du projet éolien de la zone Princesse Elisabeth ont permis d'envisager un accroissement de capacité grâce au progrès technologique observé et la possibilité de mettre en service des turbines de plus grandes capacité. La zone ne sera pas étendue par rapport à la superficie initialement envisagée. Concrètement, elle constituera une île formée à l'aide de caissons en béton surélevés.

Aux yeux du gouvernement fédéral, il s'agit d'une étape importante pour que la Belgique atteigne l'objectif européen de réduction des émissions nettes de gaz à effet de serre de 55% d'ici 2030 par rapport à 1990. Cette mise à jour du projet éolien permet d'envisager une économie totale de 8,6 millions de tonnes de CO2.

Selon Vincent Van Quickenborne, la mise aux enchères des parcs éoliens à aménager démarrera mi-2023. Les premières éoliennes de la zone Princesse Elisabeth devraient entrer en service en 2027.

D'après Tinne Van der Straeten (photo), la Belgique est devenue en cinq ans le cinquième pays producteur d'énergie éolienne à l'échelle mondiale. Le développement de ce projet n'aura pas d'impact direct sur la compensation de la fermeture des centrales nucléaires qui constitue un dossier distinct. Selon le ministre de la Mer du Nord, il n'y aura pas de subsidiation publique du projet. Un million d'euros seront libérés en parallèle pour des projets liés à la nature. Le projet éolien en mer du nord représentera quelque 10.000 emplois et 1,5 milliard d'euros de contribution au produit intérieur brut.

Les plus consultés