Chargement lecteur vidéo ...

Près de 1.300 personnes réclament plus de sécurité à Bruxelles, à la suite d’une série de viols

Près de 1.300 personnes, selon la police, ont pris part jeudi soir au Cimetière d'Ixelles à une marche en soutien aux victimes de violences sexuelles. Les participants - une majorité de femmes - réclament davantage de sécurité dans la capitale. Des dizaines de témoignages affluent en effet depuis dimanche concernant des viols et agressions sexuelles qui auraient été commis par un employé des bars estudiantins Waff et El Café, situés dans le quartier des universités libres de Bruxelles. Le parquet mène enquête.

Le cortège a démarré à 20h du rond-point du Cimetière d'Ixelles et a descendu la chaussée de Boondael, en direction de la place Fernand Cocq, aux cris notamment de "Mon corps, mon choix et ferme ta gueule", "Tout le monde déteste la police", "Nous sommes fortes, nous sommes fières, les féministes radicales et en colère", "Violeur, à toi d'avoir peur", avant d'arriver devant l'hôtel de Ville d'Ixelles, sur la place Fernand Cocq, où les manifestantes ont continué à entonner leurs refrains.

En cause, les soupçons qui pèsent sur un barman des deux cafés estudiantins Waff et El Café. L’homme aurait drogué des jeunes femmes en versant une substance dans leur boisson et aurait ensuite abusé d’elles. Ces derniers jours, des appels au boycott des deux cafés circulent.

Le parquet de Bruxelles a lancé une enquête et confirme que plusieurs femmes ont déposé plainte au cours des derniers mois. Il s’agira de voir s’il y a un lien entre les divers dossiers et s’il s’agit d’un seul coupable, ou de plusieurs.

juliette bruynseels

Le bourgmestre d’Ixelles se veut médiateur

Des témoignages récoltés par VRT NWS lors de la manifestation attestent de l’inquiétude des étudiantes, et en particulier celles qui viennent d’arriver à Bruxelles, pour leur sécurité le soir. "C’est effrayant de savoir que quelqu’un pourrait avoir versé quelque chose dans votre boisson, à votre insu". "Nous voulons pouvoir sortir en toute sécurité", s’exclamaient d’autres étudiantes.

Certaines autres ont tout simplement peur quand elles doivent rentrer chez elles le soir après une sortie. Elles se demandant chaque fois si elles y parviendront sans incident. Aucun incident n'a été signalé à la manifestation de jeudi soir, d'après la porte-parole de la zone de police Bruxelles-Ixelles, Ilse Van de Keere. La marche a pris fin à 23h et une délégation a été reçue par le bourgmestre d'Ixelles, Christos Doulkeridis (Ecolo-Groen).

Ce dernier affirme avoir préparé un plan pour rendre la vie nocturne plus sure dans sa commune. Il veut avant tout jouer un rôle de médiateur entre les femmes et les gérants de cafés. "Nous prenons des mesures qui obligent le secteur à prendre des engagements", indiquait Doulkeridis.

Le bourgmestre d’Ixelles souligne aussi qu’il combat depuis le début de la législature la violence sexuelle. "C’est un phénomène très grave, qui doit être traité de façon prioritaire".

Les plus consultés