BELGA/WAEM

Le chantier de la liaison Oosterweel atteint sa vitesse de croisière à Anvers

Ce lundi, l'échangeur de Merksem vers le ring d'Anvers sera fermé suite au chantier de la liaison Oosterweel. Les travaux dureront au moins 10 ans, jusqu'en 2030 si tout se passe comme prévu. Durant cette période, il ne sera plus possible d’emprunter le ring à Merksem en direction des Pays-Bas. Le projet Oosterweel atteint sa vitesse de croisière. Les travaux deviennent également visibles sur la rive droite de la ville.

Au cours des dix prochaines années, les environs d’Anvers vont se métamorphoser : la circulation dans la métropole devrait être plus fluide et plus sûre et la ville doit être rendue plus vivable. Pour y parvenir, des chantiers sont lancés et ceux-ci entraînent des désagréments, même si des mesures sont prises pour les limiter.
Le projet consiste à relier la rive gauche (Linkeroever) à la rive droite (Rechteroever) de l’Escaut au nord de la ville, notamment via un tunnel qui passera sous le fleuve (et d’autres qui passeront sous le canal Albert). L’idée est d’alléger le trafic de transit dans les zones résidentielles, tout en fluidifiant le trafic sur le ring.
 

Début des travaux sur le viaduc de Merksem

Les personnes souhaitant se rendre aux Pays-Bas ne pourront plus emprunter le ring d'Anvers à Merksem. Une déviation via le complexe d'Ekeren est prévue car les deux bretelles de la Groenendaallaan seront fermées, le chantier devrait prendre pas moins de 10 ans. Pendant cette période, le viaduc de Merksem doit être démoli et remplacé par une tranchée partiellement couverte. Or, il s'agit de l'un des tronçons les plus fréquentés du périphérique d'Anvers, 160 000 véhicules l'empruntent chaque jour.

Pour rendre la démolition possible et limiter les perturbations du trafic durant cette période, une rocade, (une autoroute temporaire), sera construite à côté du ring actuel. L'autoroute sera au même niveau que le périphérique du côté du Sportpaleis et comptera sept voies. Cela permettra d'éviter le trafic de transit dans les quartiers environnants et de garantir la sécurité de la circulation pendant les travaux.

Début décembre et début 2022, trois parkings de dissuasion seront ouverts à la périphérie de la ville, offrant aux usagers de la route la possibilité de se tourner vers les transports en commun ou les vélos (partagés) pour parcourir facilement les derniers kilomètres jusqu'au centre-ville. L'objectif est que, d'ici 2030, la moitié des déplacements à Anvers soient effectués par d'autres moyens que la voiture.

Les travaux sur la rive gauche et à Zwijndrecht achevés six mois plus tôt que prévu

Entre-temps, les travaux sur la rive gauche et à Zwijndrecht avancent bien. À tel point qu'ils seront achevés six mois plus tôt que prévu : au second semestre 2024 au lieu du printemps 2025. C'est remarquable, car les travaux sur l'infrastructure autoroutière ont commencé en 2018 et les projets dits de qualité de vie, tels que des pistes cyclables supplémentaires, des murs antibruit et des accotements surélevés, n'ont débuté qu'un an plus tard.

Grâce au confinement et à un planning entièrement revu, il a été possible de réaliser différentes parties en même temps, ce qui a permis de gagner beaucoup de temps. À la fin de ce mois, le revêtement renouvelé de la E17 dans les deux sens sera prêt et une deuxième série de murs antibruit sera placée le long de l'autoroute. En septembre, le nouvel échangeur à Waaslandhaven-Oost a été terminé.

Qu'en est-il de la pollution au PFOS ?

Lors des travaux sur la rive gauche, une contamination aux PFOS a été découverte dans le sol près du Palingbeek. Il provient de l'entreprise chimique 3M de Zwijndrecht qui a produit cette substance jusqu'en 2001. Le sol pollué a été partiellement traité dans le nouveau viaduc de l'échangeur de Waaslandhaven-Oost. Le sol le plus fortement contaminé se retrouvera probablement dans la berme de sécurité qui sera construite sur le site 3M. Mais cela fait l'objet d'un procès intenté par le collectif de citoyens Grondrecht et Greenpeace. Ils estiment que Lantis ne traite pas les sols pollués avec soin.

L'abaissement de la norme relative aux SPFO à 3 microgrammes par kilogramme de matière sèche a également un impact sur le mouvement du sol dans d'autres parties du grand projet Oosterweel. Le début des travaux du tunnel de l'Escaut a été retardé de trois mois, de septembre à décembre. Et la construction du nœud d'Oosterweel (sur la rive droite) a également été retardée par la question des PFOS. Le montant exact n'est pas encore clair. Pour cela, il faut d'abord réaliser des études et des recherches supplémentaires.

Les plus consultés