(c) Marcel Molle/ Hollandse Hoogte

Il y a 25 ans, la marche blanche rassemblait 300.000 personnes à Bruxelles

Il y a 25 ans, plus de 300.000 personnes défilaient à Bruxelles pour réclamer une justice plus efficace et apporter leur soutien aux familles de Julie, Mélissa, An, Eefje, Laetitia, Sabine ainsi qu'à tous les enfants victimes de violences. De par son ampleur, la "Marche Blanche" fera date dans l'histoire de la Belgique et précipitera, quelques jours plus tard, la mise en place d'une commission parlementaire chargée de se pencher sur les lacunes et dysfonctionnements de l'enquête sur l'affaire Dutroux.

Après l'arrestation, le 13 août 1996, de Marc Dutroux et de ses complices Michelle Martin et Michel Lelièvre, la Belgique plonge dans l'horreur à mesure de leurs révélations. Si Laetitia Delhez et Sabine Dardenne sont libérées deux jours plus tard, les enquêteurs découvrent ensuite les cadavres de Julie et Mélissa, mortes de faim dans la cache de Marc Dutroux et enterrées dans son jardin, puis ceux d'An et d'Eefje enfouis chez Bernard Weinstein, à Jumet.

Meurtris par la disparition de leurs enfants et désabusés par le fonctionnement de l'appareil judiciaire, plusieurs parents appellent à un rassemblement de grande ampleur. Marie-Noëlle Bouzet, la mère d'Elizabeth Brichet, disparue en 1989, Carine et Gino Russo, Louisa et Jean-Denis Lejeune, Paul et Betty Marchal ainsi que la famille de Loubna Benaïssa, enlevée en 1992, invitent la population à prendre part à une marche apolitique.

Le 20 octobre 1996, une vague de quelque 300.000 personnes déferle dans les rues de Bruxelles. Elle sera l'une des plus grandes manifestations de masse que la Belgique ait connues. Ballons blancs, casquettes blanches, fleurs blanches, T-shirts blancs, le symbole est au rendez-vous.

Plusieurs réformes permettront alors la création d'un parquet fédéral, compétent pour les grands dossiers criminels ainsi que la mise sur pied du tribunal de l'application des peines (TAP). La gendarmerie disparaîtra également au profit d'une police intégrée à deux niveaux: la police fédérale, d'une part, et la police locale, d'autre part. De l'élan suscité par les 300.000 marcheurs naîtra également la Fondation pour Enfants Disparus et Sexuellement Exploités, plus connue sous le nom de Child Focus.
 

Le reportage de l'époque de la VRT avec des témoignages de participants à la marche (en néerlandais).

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés