Pour Bart De Wever, "le Covid Save Ticket offre un faux sentiment de sécurité"

Alors qu’un Conseil des ministres doit se réunir ce lundi soir au sujet de la situation sanitaire, le retour des masques obligatoires dans les commerces est notamment évoqué, tout comme l’extension du Covid Safe Ticket (CST) en Flandre. Le bourgmestre d’Anvers et président de la N-VA, Bart De Wever, est toutefois loin d’être favorable à cette dernière mesure. "C'est assurément approprié dans certains contextes, mais je pense que le pass sanitaire suscite beaucoup d'attentes exagérées", a-t-il indiqué au micro de la VRT.

"La quatrième vague a commencé, et c'était prévu, c’était une certitude", a indiqué le bourgmestre anversois. "Il s'agit surtout d'un stress-test pour les vaccins, et ces derniers semblent fonctionner. Les admissions à l'hôpital augmentent, mais pas de façon exponentielle. Nous pensons donc qu'il ne faut pas prendre de mesures générales, mais bien des mesures spécifiques", poursuit-il.

Selon le leader de la N-VA, le Covid Safe Ticket est certainement approprié dans un contexte déterminé, mais il fonctionne surtout correctement pour augmenter le taux de vaccination. "A Bruxelles, cela est encore et toujours pertinent, et il faut continuer à y porter le masque, mais en Flandre ce n’est pas le cas", souligne-t-il.

Le virologue Steven Van Gucht affirme lui-même que les événements les plus dangereux auxquels il assiste sont ceux où le Covid Safe Ticket est utilisé.

Bart De Wever, président de la N-VA.

D’après Bart De Wever, le pass sanitaire donne par ailleurs un faux sentiment de sécurité. "Le virologue Steven Van Gucht affirme lui-même que les événements les plus dangereux auxquels il assiste sont ceux où le Covid Safe Ticket est utilisé, car tout le monde pense qu’aucune autre mesure n’est dès lors nécessaire. Mais il faut tout de même être prudent", souligne-t-il. Et d’ajouter : "Certaines mesures sont peut-être plus adéquates là où elles sont plus spécifiquement nécessaires".

"Le problème se trouve en Wallonie et à Bruxelles"

Le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) a récemment demandé que la Flandre se penche sur la mise en place d’une extension du CST. "Ce que je n'apprécie pas beaucoup, c'est que l’on marche constamment sur le terrain de l’autre. Je pense que tout le monde a les meilleures intentions, mais la population n'a pas besoin d’excellences qui parlent les unes des autres", dénonce De Wever.

"Ce que je n’apprécie vraiment pas non plus, ce sont ces doigts accusateurs qui visent Anvers. Nous allons atteindre 84% de taux de vaccination , et je pense que pour une ville très diverse, nous sommes champions en Europe. Nous avons vraiment fait de notre mieux, et il faut dire la vérité aux Flamands : le problème se trouve principalement en Wallonie et à Bruxelles, et nous en sommes aujourd’hui victimes", conclut-il. 

Les plus consultés