Pollution PFOS : 3M fait appel du renforcement des normes de rejet de substances chimiques

L'entreprise chimique 3M fait appel de la décision de la députation de la province d'Anvers qui a renforcé tout récemment les normes relatives au rejet de diverses substances chimiques de l'usine à Zwijndrecht, en province d'Anvers.

Jeudi dernier, la députation permanente anversoise a émis des nouvelles normes pour l’entreprise chimique américaine qui prenaient effet immédiatement. Pour les PFOS, le polluant qui a été détecté à proximité de 3M, la norme de rejet passe de 30 µg/l (microgrammes par litre) à seulement 1 microgramme par litre d'eaux usées. La même norme s'appliquera aux PFOA et aux PFOSA.

L'entreprise 3M a décidé de faire appel de la décision "vu qu'elle ne prévoit pas de période de transition pour que l'entreprise se conforme aux conditions, les règlements ne sont pas correctement appliqués et ne concernent qu'une entreprise individuelle". Cette façon de procéder génère "une grande incertitude juridique pour bien des entreprises en Belgique", déplorait 3M dans un communiqué diffusé lundi soir.

L’entreprise américaine affirme vouloir collaborer avec les autorités flamandes pour "réduire à terme de façon significative le rejet de PFAS". Mais elle indique qu’il faut du temps pour installer des techniques de filtrage sophistiquées. "Des processus complexes de production ne peuvent pas être activés et désactivés en poussant sur un interrupteur. Nous sommes prêts à partager avec les autorités les informations sur notre technologie, afin d’obtenir le feu vert pour réaliser certaines technologies d’épuration".

3M avait promis en septembre dernier d’investir 125 millions d’euros pour résoudre le problème de pollution autour de son usine à Zwijndrecht.

Les plus consultés