La commune de Zwijndrecht met 3M en demeure et demande le soutien de la Flandre

Le conseil communal de Zwijndrecht a mis l'entreprise chimique 3M en demeure dans le cadre de la pollution aux PFOS, des substances chimiques classées comme perturbateurs endocriniens, a annoncé cette localité de la province d'Anvers ce jeudi lors d'une conférence de presse. Elle demande également au gouvernement flamand, d'une part, de donner à tous les habitants de la commune la possibilité de se soumettre à un test sanguin et, d'autre part, d'accorder une compensation financière pour les coûts que la commune doit supporter pour faire face à cette crise. L'entreprise américaine 3M s'est, elle, défendue lors d'une audition à l'inspection de l'environnement, exigée par la ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir.

Zwijndrecht a mis 3M en demeure pour que l'entreprise "prenne ses responsabilités" envers les victimes des pollutions au PFOS, dont la commune elle-même. Le conseil communal a également introduit une plainte avec constitution de partie civile dans le cadre de l'enquête judiciaire en cours. Tout citoyen touché peut se joindre aux deux démarches.

"Trop, c'est trop", a commenté l'échevin de l'Environnement Steven Vervaet (Groen). "Depuis avant-hier, nous disposons d'une preuve pour poursuivre le responsable. Nous exhortons 3M à prendre ses responsabilités. Nous demandons toute la transparence sur la pollution et sur les connaissances de 3M en matière des risques sanitaires liés aux PFOS, une expertise pour la décontamination et le remboursement de tous les frais qui découlent de la pollution."

Des frais qui ne cessent d'augmenter, à en croire la commune. "Des travaux d'infrastructure sont à l'arrêt, des prélèvements supplémentaires d'eau et de sol doivent être effectués,...", cite le bourgmestre André Van de Vyver (Groen). "Nos habitants en subissent aussi les conséquences. Les personnes qui construisent, par exemple, doivent également faire prélever des échantillons supplémentaires."

La commune demande au gouvernement flamand une compensation financière et, entre autres, un suivi médical des habitants, qui ne cachent pas leur inquiétude.

3M se défend à l'inspection de l'environnement

Une délégation de l'entreprise chimique 3M a été reçue ce jeudi par l'inspection de l'environnement d'Anvers pour une audition dans la cadre de la pollution aux PFOS. Les représentants de la société, dont le directeur Peter Vermeulen, n'ont pas fait de commentaire.

Cette audition faisait suite à la demande de la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir de démontrer que l'entreprise n'expose pas l'environnement à des risques supplémentaires après des analyses sanguines inquiétantes chez 800 habitants de Zwijndrecht. La ministre a averti que l'entreprise devrait arrêter les processus de production si elle ne fournissait pas de preuves rassurantes.

Dans un communiqué transmis après le début de l'audition, 3M dément que les émissions atmosphériques des activités de Zwijndrecht soient responsables de la présence de PFOS dans le sang des habitants. La délégation de 3M qui est arrivée à l'inspection de l'environnement n'a pas fait de commentaire, mais le communiqué indique que la société reste déterminée à répondre à toute question sur l'activité de production actuelle et passée.

Concernant un arrêt des activités en cas de réponses jugées peu rassurantes par les autorités, 3M estime que cela ne "profiterait à personne". "La fermeture d'une usine telle que 3M à Zwijndrecht créerait une énorme incertitude pour les chaînes d'approvisionnement et les industries mondiales, y compris l'aérospatial, les transports et la fabrication de semi-conducteurs. L'environnement commercial en Belgique et en Europe pourrait être gravement perturbé. Plus important encore, l'objectif visé d'empêcher l'exposition future aux PFOS ne serait pas atteinte", estime la société américaine dans son communiqué.

Les plus consultés