James Arthur Photography

L'ambassadeur de Belgique à Varsovie convoqué par la Pologne à la suite d'un discours d’Alexander De Croo

L'ambassadeur de Belgique à Varsovie, Luc Jacobs, a été convoqué par le gouvernement polonais pour s'expliquer à la suite du discours virulent tenu mercredi par le Premier ministre belge Alexander De Croo, au collège d'Europe (Bruges), sur les atteintes à l'État de droit dans ce pays.

L'entretien doit avoir lieu cet après-midi, a-t-on appris vendredi auprès des Affaires étrangères de Belgique.

Interrogé, le cabinet du Premier ministre y voit la signification que le message du discours "a été entendu" à Varsovie. Ce discours a d'ailleurs eu "énormément de retombées", se félicitait la chancellerie, précisant qu'il a déjà été vu plus de 300.000 fois sur les médias sociaux.

Dans ce discours, le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) avait mis en garde son homologue polonais, Mateusz Morawiecki, contre une escalade du conflit à propos des règles de base de l'État de droit et du projet européen.

"À ceux qui donnent des interviews incendiaires dans le Financial Times et pensent qu'il est nécessaire de déclarer une nouvelle guerre mondiale, je veux dire : vous jouez à un jeu dangereux, vous jouez avec le feu lorsque vous partez en guerre contre vos collègues européens pour des raisons de politique intérieure", avait déclaré M. De Croo, en référence à des mots durs de M. Morawiecki dans l'édition de lundi du journal financier britannique.

Le dirigeant ultra-conservateur et nationaliste avait menacé d'utiliser "tous les moyens disponibles" si l'Union européenne continuait de s'opposer aux réformes judiciaires que son gouvernement a mises en œuvre, selon lui pour éradiquer la corruption. Mais, selon l'UE, ces réformes portent atteinte à la séparation des pouvoirs dans le pays et l'indépendance des juges. Le différend a atteint son paroxysme lorsque la Cour constitutionnelle de Varsovie, à la suite d'une question de M. Morawiecki, a statué que certaines parties des traités européens violaient la constitution polonaise.

Les plus consultés