fotodp.be

700 riverains dans un rayon de 5 km autour de l’usine 3M pourront bénéficier d’une analyse sanguine

Le gouvernement flamand a décidé vendredi d'offrir aux riverains de l'usine chimique 3M de Zwijndrect, dans un périmètre de 5 km autour de ce site en région anversoise, une analyse sanguine pour détecter la présence éventuelle de PFOS, substances chimiques classées comme perturbateurs endocriniens. Les frais de cette opération seront facturés à l’usine 3M, selon le ministre flamand de la Santé, Wouter Beke (CD&V).

Une première analyse sanguine, effectuée dans un rayon de trois kilomètres autour de l'usine, a montré la semaine dernière que 9 habitants sur 10 des environs de l'usine présentaient des valeurs de PFOS trop élevées.

Le gouvernement a donc décidé de donner à tous les habitants, dans un rayon de cinq kilomètres, la possibilité de faire analyser leur sang. "Le résultat personnel pourra également motiver les riverains à suivre correctement les mesures sans regret et à adopter un mode de vie sain pour prévenir les maladies cardiovasculaires, le diabète et le cancer", a déclaré Wouter Beke dans un communiqué. 

"Le développement de ces maladies peut être dû à diverses causes, pour lesquelles les PFOS constituent un facteur de risque supplémentaire. Individuellement, un médecin ne sera pas en mesure de prédire, sur la base d'un résultat sanguin, quels effets indésirables, le cas échéant, se sont produits ou se produiront."

L'étude prendra plusieurs mois et sera menée en plusieurs phases. Le gouvernement flamand a l’intention de récupérer les coûts de l’opération auprès de 3M.

De son côté, la ministre flamande de l'environnement, Zuhal Demir (N-VA), examine les conclusions de l'inspection de l'environnement après la discussion avec 3M. Sur cette base, il pourra être décidé d'arrêter certaines parties de la production.
 

Les plus consultés