S.Piyaset

COP26 : le gouvernement flamand n’a toujours pas d’accord sur ses mesures pour le climat

Alors que COP26 s'ouvre dimanche à Glasgow, le gouvernement flamand n’est pas parvenu à trouver d'accord vendredi sur des mesures climatiques additionnelles. Pour des raisons d'agenda, la réunion a été interrompue dans l'après-midi et reprendra dimanche.

La COP26 commence la semaine prochaine à Glasgow et la ministre de l'Énergie, Zuhal Demir (N-VA), veut s'y rendre munie de mesures flamandes additionnelles.

Le plan Climat de la Région flamande prévoit de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 35% en 2030 par rapport à 2005. Zuhal Demir a fait savoir la semaine passée qu'elle proposerait de nouvelles mesures mais qu'elle attendait également des efforts de ses collègues.

La ministre de l’Environnement a déclaré être satisfaite du travail effectué vendredi. En charge de la Mobilité, Lydia Peeters (Open VLD) a pour sa part remis la taxe kilométrique sur la table avant le début de la réunion, mais tous les ministres ne se sont pas montrés enthousiastes à cette idée. Des progrès auraient cependant été faits en matière de bâtiments et d'isolation. 

Les propositions discutées vendredi feront l'objet d'une évaluation chiffrée samedi et seront à nouveau discutées dimanche.

Pas d’accord intrabelge

Alors que plusieurs ministres belges se rendront à Glasgow, la Belgique ne disposera sans doute pas d'accord intrabelge sur la répartition de l'effort à réaliser pour atteindre les objectifs de réduction de gaz à effet de serre entre les entités. Les regards restent actuellement tournés vers la Flandre.

"Si on avait pu le faire, on l'aurait fait depuis longtemps", a souligné samedi la ministre fédérale de l’Environnement, Zakia Khattabi (Ecolo), peu avant d'embarquer à la gare du Midi dans le "train for climate" qui la mènera en Ecosse. "Mais, actuellement, la structure belge ne le permet pas".

Un accord pourra-t-il être conclu dans les jours qui viennent? "Mon collègue Philippe Henry (ministre wallon) tente de rapprocher les points de vue mais Mme Demir (ministre flamande) est à la table des discussions sans mandat de son gouvernement. S'il est important que la Belgique vienne avec un accord national, je préfère un accord ambitieux après la COP qu'un accord à la baisse pour la COP", a expliqué Zakia Khattabi.

D’après cette dernière, il faut réfléchir à une forme de "centre de commandement fédéral" qui mènerait les discussions climatiques entre le gouvernement fédéral et les gouvernements des trois Régions. A ses yeux, le débat institutionnel qui s'ouvre doit être une occasion d'en parler.

Les plus consultés