Climat : toujours pas d’accord en Flandre, le gouvernement poursuivra son travail ces prochains jours

Le gouvernement flamand n'est toujours pas parvenu à un accord sur des mesures climatiques supplémentaires. Les ministres concernés se sont réunis ce dimanche durant plusieurs heures. Les travaux vont se poursuivre au cours des prochains jours, tant entre les techniciens qu'entre les ministres. Il n’y devrait par ailleurs plus avoir de communication à ce sujet avant la semaine prochaine, selon certaines sources gouvernementales.

Alors que la COP26 s'ouvre dimanche à Glasgow, les regards en Belgique sont tournés vers la Flandre qui jusqu'à présent freine la conclusion d'un accord intrabelge sur la répartition des efforts entre le fédéral et les trois Régions en vue d'atteindre les objectifs climatiques.

Plusieurs pistes sont actuellement sur la table des négociations en Flandre. Un certain nombre de scénarios sont en cours de calcul, et la ministre flamande de l’Environnement et de l’Energie, Zuhal Demir (N-VA), a récemment indiqué qu'elle ne se rendrait au grand sommet sur le climat qu'avec des mesures supplémentaires en poche.

"Pour le nucléaire, contre la taxe kilométrique"

Au micro de la chaîne privée VTM, le président de la N-VA, Bart De Wever, a souligné que les mesures ne devaient pas entraîner une augmentation des charges pour la classe moyenne. C'est d’ailleurs la raison pour laquelle une taxe kilométrique n'est pas une option pour son parti. Selon lui, l'électrification du parc automobile progresse par ailleurs si rapidement qu'une telle taxe pourrait ne plus être nécessaire d'ici quelques années.

Si des mesures sont prises pour réduire les émissions de CO2 dans l'agriculture, elles devront socialement être "extrêmement bien gérées", estime encore Bart De Wever. "Les mesures ne doivent pas se faire au détriment du revenu des agriculteurs. Nous ne voulons pas détruire l'agriculture et mettre les agriculteurs en faillite", commente-t-il.

Le président de la N-VA a réitéré son plaidoyer pour la préservation de l'énergie nucléaire, en visant à nouveau la ministre Groen de l'Énergie, Tinne Van der Straeten. "L'énergie nucléaire est l'option de l'avenir. Il n'y a pas d'alternative." Si l'on en vient à fermer toutes les centrales électriques, les prix de l'électricité augmenteront et l'offre diminuera", a-t-il encore averti.

Les plus consultés