Chargement lecteur vidéo ...

La Flandre lance une grande enquête sur la présence de PFAS dans les eaux souterraines

Au début de l'année prochaine, l'Agence flamande pour l'environnement commencera à examiner nos eaux souterraines en plus de 200 points dans toute la Flandre. L'eau sera testée pour détecter la présence éventuelle de plusieurs dizaines de substances de la famille des PFAS, ainsi que de médicaments, tels que des antibiotiques et des anti-inflammatoires. C'est ce qu'écrit Gazet van Antwerpen.

Les PFAS les plus connus sont l’acide perfluorooctanesulfonique (PFOS) et l’acide perfluorooctanoïque (PFOA). Les PFAS ne se décomposent pas ou très peu dans l’environnement et polluent les sols, les eaux souterraines et les eaux de surface, ce qui leur a valu le surnom de produits chimiques éternels (forever chemicals). Via la pollution des sols et de l’eau, les PFAS peuvent aboutir dans les cultures alimentaires, l’alimentation du bétail et l’eau potable. Une telle pollution a été constatée récemment dans les masses de terres déplacées pour les travaux de la jonction Oosterweel du ring d’Anvers. Cette pollution provient de l’usine chimique 3M à Zwijndrecht.

L'Agence flamande pour l'environnement a déjà analysé des échantillons d'eau provenant de ruisseaux, de rivières et de canaux. Du PFOS y a effectivement été découvert et même bien au-delà des normes admises. A présent c’est au tour des eaux souterraines d’être analysées.
 

Une évaluation sur tous les points de mesure

L'Agence flamande pour l'environnement dispose de son propre réseau de puits de surveillance à partir desquels elle peut prélever des échantillons d'eau souterraine. Des échantillons seront désormais prélevés sur 200 sites, répartis dans toutes les provinces flamandes. Ceux-ci seront examinés pour détecter la présence de plus de trente substances de la famille des PFAS.

"Les eaux souterraines ont également été testées pour les PFAS dans le passé, mais uniquement aux points chauds, des lieux de contamination connus, comme autour de 3M et de l'usine de papier De Naeyer à Willebroek", déclare Andy Pieters, porte-parole du ministre flamand de l'environnement Zuhal Demir (N-VA). "C'est la première fois que nous allons enquêter sur tous les points de mesure, pour avoir une vue d'ensemble."

Directive européenne

Ces mesures s'inscrivent dans le cadre du plan d'action global de Zuhal Demir sur les PFAS, lancé au début de l'année dernière. En outre, l'Europe exige également une enquête sur la qualité de l'eau, par le biais de mesures. Cette mesure est déjà obligatoire pour les eaux de surface et pourrait bientôt l'être aussi pour les eaux souterraines.

Outre les substances de la famille des PFAS, l'enquête se penchera en tout sur 36 substances similaires qui peuvent endommager le système immunitaire et sont potentiellement cancérigènes. Ainsi des traces d'une dizaine de médicaments seront également recherchées dans les eaux souterraines. Il s'agit notamment d'antibiotiques couramment utilisés ainsi que d'un anti-inflammatoire et d'un médicament pour le cœur.

Les plus consultés