Frank Vandenbroucke plaide pour plus de télétravail et limiter les contacts

Le ministre fédéral de la Santé publique (photo) estime qu'il était "urgent" de prendre des mesures pour ralentir la poussée des indicateurs de la pandémie de Covid-19. Dans l’émission De Ochtend (VRT), le socialiste flamand a plaidé pour revenir à davantage de télétravail au retour des vacances d'automne et pour une limitation des contacts. Il se dit aussi inquiet par la décision de l’hôpital universitaire de Gand, qui ne veut plus réserver davantage de lits aux soins intensifs pour les patients Covid. "Si tous les hôpitaux agissaient de la sorte, le système s’écroule dès demain", estime le ministre Vandenbroucke.

Tous les indicateurs poursuivent leur hausse et la pression s'accroît sur les hôpitaux. Ils prennent en charge, selon les dernières données disponibles, près de 1.900 patients infectés par le coronavirus, dont un peu plus de 360 en soins intensifs. Des chiffres comparables à ceux de juin dernier. 

"Nous devons prendre des actions urgentes", a déclaré le ministre Vandenbroucke ce vendredi matin à la VRT. "Heureusement qu'il y a la vaccination, qui nous protège d'une catastrophe. Mais si cela continue de la sorte, nous allons atteindre le seuil critique de 500 patients en soins intensifs."

Si cela ne tenait qu'à lui, les gens prendraient leurs responsabilités pour s'organiser "et faire plus de télétravail". "Si les entreprises veulent continuer à fonctionner, elles doivent passer au télétravail", estime le socialiste flamand, enfonçant une nouvelle fois le clou sur l'utilité du port du masque et la réduction des contacts sociaux.

L’UZ Gent refuse de libérer des lits pour les patients Covid

Entretemps, l'hôpital universitaire de Gand (UZ Gent) a annoncé qu'il ne réserverait plus de lits pour les patients atteints du Covid-19, les soignants ne voyant pas de raison de mobiliser des lits pour des patients "majoritairement non vaccinés" au détriment d'autres pathologies.

"Je comprends la frustration des hôpitaux. Mais la réaction de l'hôpital de Gand n'offre aucune perspective", selon le ministre de la Santé. "Les patients Covid vont arriver, on le sait dès maintenant. Si on ne réserve pas de lits supplémentaires, ils dormiront bientôt dans les couloirs", met en garde le ministre.

Il souligne aussi que ce système de phases a été conclu avec les établissements hospitaliers. "Si tous les hôpitaux réagissent comme celui de Gand, en une semaine tout notre système s'effondre."

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés