Le secteur de l'événementiel inquiet: "Nos agendas se vident, ne nous laissez pas tomber"

Le secteur de l'événementiel s'inquiète des annulations en masse reçues ces derniers jours alors que les chiffres de contaminations au coronavirus repartent à la hausse. "Nous voulons appeler les gens à continuer à venir et encourager les initiateurs à organiser encore des événements", indique le collectif #SoundofSilence, une initiative du secteur qui appelle à ne pas le laisser tomber.

Le secteur de l'événementiel et de la culture sent l'impact de la quatrième vague de contaminations au coronavirus qui touche actuellement notre pays. "Les annulations pleuvent et nous ne pouvons pas arrêter ce phénomène. Si les chiffres (du Covid) montent, ceux des réservations baissent. Nous voyons nos agendas se vider pour la troisième fois en deux ans de temps", explique Heidi Vermander du collectif #SoundofSilence.

Des événements et des spectacles culturels peuvent pourtant à nouveau être organisés depuis un certain temps. Et cela de façon totalement sûre, "avec des mesures qui ont prouvé leur utilité et leur sécurité", souligne le secteur. Dans de nombreux endroits - notamment lorsqu’une distanciation sociale ne peut être garantie - le Covid Safe Ticket (photo principale) est réclamé à l’entrée pour que l’événement puisse avoir lieu.

"Nous ne devons pas céder à la panique ni sombrer dans l'angoisse. Personne n'y gagne après deux ans. Continuons simplement à nous rendre aux événements en respectant les mesures en vigueur. Faites confiance à notre professionnalisme. Et ne laissez pas une nouvelle fois tomber notre secteur", implore #SoundofSilence.

Le collectif cite en outre le cas de la commune balnéaire de Knokke-Heist, qui interdit dès lundi et jusqu’à la fin du mois de novembre tous les événements en intérieur, pour tous les citoyens âgés de plus de 13 ans, en raison d’une montée des chiffres de contaminations sur son territoire. Les soins intensifs de l’hôpital local affichent complets. "Ce qui nous inquiète le plus c’est le fait que les bourgmestres puissent décider de façon autonome ce qui peut avoir lieu et ce qui est annulé", indique Heidi Vermander.

"Cela a un impact important, tant sur les artistes que les salles de spectacle, que pour les organisateurs qui se démènent, mais aussi pour les techniciens et les fournisseurs qui sont actifs en coulisses. La pyramide dans notre secteur s’écroule une nouvelle fois. Les gens qui osent organiser quelque chose risquent un fiasco financier, alors qu’il existe des mécanismes pour organiser des événements de façon sûre", souligne #SoundofSilence.

Les plus consultés