Alost commémore les victimes de l’attaque la plus sanglante des tueurs du Brabant, il y a 36 ans

"Il ne reste qu'un peu plus de mille jours pour faire la lumière sur l'affaire des tueries du Brabant, a déclaré mardi matin Christoph D'Haese (N-VA), le bourgmestre d'Alost, lors d'une cérémonie commémorative en l'honneur des victimes. Le 9 novembre 1985, huit personnes avaient été tuées lors du braquage d'un supermarché Delhaize de la ville. L'espoir de retrouver les coupables diminue toujours plus, le dossier expirant en 2025 et le nombre d'enquêteurs sur l'affaire ayant été réduit ces dernières années.

Le dernier et le plus sanglant des braquages des tueries du Brabant s'est déroulé il y a tout juste 36 ans, en novembre 1985 au Delhaize d'Alost. Au cimetière de la ville, des fleurs ont été déposées sur la plaque commémorative réalisée en souvenir aux victimes de l'attaque, et le bourgmestre Christoph D'Haese a prononcé un discours.

Le dossier est entre les mains du parquet fédéral, mais le nombre d'enquêteurs est passé de 27 à 20 ces dernières années. "Ma déception est grande", a réagi le bourgmestre d'Alost après la commémoration. "Nous avons demandé à augmenter les efforts concernant la résolution de ce dossier, mais cette tâche dans notre passé judiciaire, avec 28 morts, ne reçoit pas l'attention qu'elle mérite. Pourtant, il y a urgence puisque le dossier expire en 2025. Je demande au ministre de la Justice de prendre ses responsabilités, sans quoi nous pouvons craindre le pire", a-t-il continué.

Le magasin Delhaize situé sur la Parklaan à Alost a été rénové cette année. Un monument commémoratif sera également érigé à côté, mais est toujours dans l'attente de l'obtention de son permis d'environnement. Il devrait être inauguré l'année prochaine.

Une nouvelle extension du délai de prescription, qui avait déjà été prolongé de dix ans en 2015, semble peu probable. "Une période d'enquête de 40 ans est déjà difficile à qualifier de raisonnable dans la jurisprudence européenne", a ainsi déclaré M. D'Haese.

Dans son rapport annuel de 2018, le parquet fédéral avait explicitement indiqué que l'enquête devait se finir aux alentours de 2022 si l'on voulait disposer du temps nécessaire pour organiser un procès. "Étant donné que le but ultime de l'affaire doit être de poursuivre et de juger les auteurs, l'enquête doit être terminée d'ici 2022, puisqu'au moins trois ans sont nécessaires pour parvenir à un verdict". Le dernier rapport annuel de 2019 ne donne pas plus de détails sur l'imminence du délai de prescription.
 

Belga

Les plus consultés