450 personnes appellent au boycott des bars à Bruxelles suite à une série d’agressions sexuelles

450 personnes ont manifesté vendredi soir à la place de l’Albertine à Bruxelles, elles ont appelé au boycott des bars et boîtes de nuit de la capitale afin de dénoncer les nombreuses violences sexuelles et un manque de prise en charge des victimes.

Pour les manifestantes, la seule manière de faire réagir les responsables du monde de la nuit est de "toucher à leur porte-monnaie". Elles appelaient dès lors à un boycott des bars et des clubs de la capitale ce vendredi soir. "Faisons entendre que ça suffit", appellent les militantes féministes à l’origine de cet appel au "Nightlife blackout". Elles espèrent que les acteurs agissent et créent un "safe night".

Au lieu de sortir boire un verre dans un bar, les 450 manifestantes étaient réunies à la place de l’Albertine en plein centre-ville en réponse à une série de témoignages de femmes qui ont été victimes d'abus sexuels dans les bars de Bruxelles.

"Je suis ici principalement pour soutenir les femmes qui n'ont pas de voix", a déclaré Anesa Djelili au micro de la VRT. "Beaucoup de choses sont normalisées dans cette société, où les hommes peuvent assumer un certain rôle et penser qu'ils sont autorisés à faire des commentaires ou, dans le pire des cas, des attouchements."

A l’origine la manifestation "Nightlife Blackout" provient du Royaume-Uni, où deux femmes ont été assassinées après une soirée. Elle est arrivée chez nous suite à des témoignages d'abus sexuels, entre autres, dans des bars de Bruxelles et de Gand.
 

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés