ISOPIX

Frank Vandenbroucke veut limiter les lieux de vie nocturne aux personnes vaccinées

Le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) estime qu’il faut limiter les lieux de vie nocturne aux e personnes vaccinées. Il l'a déclaré ce dimanche midi sur la chaîne privée flamande VTM, et l'a également confirmé à la VRT. "Et nous devrions également nous poser la question de savoir si nous ne devrions pas demander un test supplémentaire même aux personnes vaccinées", a-t-il déclaré. Les gérants de boîtes de nuit ne semblent pas trouver problématique de n'admettre que des personnes vaccinées, mais les tests supplémentaires sont selon eux "irréalisables".

Le seuil "psychologique" des 500 patients souffrant du coronavirus, actuellement pris en charge aux soins intensifs, a été franchi, a affirmé dimanche le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit), au cours du journal télévisé de la mi-journée, sur la chaîne flamande VTM.

Selon le ministre, on y dénombre actuellement 516 personnes. La Belgique compte 2.000 lits de soins intensifs dont 117 sont hors service en raison d'un déficit de personnel soignant. "Les gens sont extrêmement fatigués ou eux-mêmes malades du coronavirus", a ajouté le ministre.

Frank Vandenbroucke a répété qu'à ses yeux une application plus stricte des mesures était nécessaire. Le ministre de la Santé a ajouté qu'il observait avec intérêt une expérience menée sur le Vieux Marché de Louvain où un poste de contrôle central délivre des bracelets permettant au public de se rendre dans tous les cafés environnants.

A ses yeux, le CST ne suffira par ailleurs plus pour maintenir les discothèques ouvertes. Le ministre estime que ces lieux de détente ne devraient plus pouvoir admettre que des personnes vaccinées. "Et au-delà de cela, si le virus circule à ce point, on peut se demander s'il ne faut pas soumettre à ces personnes vaccinées de se soumettre à un test", a-t-il ajouté.

Frank Vandenbroucke a enfin réitéré son appel à imposer le port du masque dès l'âge de 9 ans, en dépit de l'opposition du gouvernement flamand, et de la ministre de l'Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles Caroline Désir (PS).
 

Les plus consultés