Nicolas Maeterlinck

Jan Jambon reconnaît un problème de confiance au sein du gouvernement flamand

Le ministre président flamand Jan Jambon (N-VA) a reconnu ce dimanche qu’il y avait bien un problème de confiance entre les ministres de son gouvernement, comme l’avait déclaré samedi le président de l'Open VLD, Egbert Lachaert. En cause : la décision de la ministre Zuhal Demir (N-VA) de ne pas accorder de licence pour la future centrale au gaz de Vilvorde. Jan Jambon souligne que tous les ministres soutiennent cette décision, mais que certains ont un problème avec le style et la communication de Zuhal Demir.

Certains se sont indignés lorsqu'ils ont appris la semaine dernière que la ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA), a décidé de ne pas accorder de permis pour la construction d'une centrale au gaz à Vilvorde. Cette décision est particulièrement fâcheuse pour le gouvernement fédéral, et en particulier pour la ministre de l'Energie Tinne Van der Straeten (Groen). 

Des subventions avaient déjà été promises pour la construction de cette centrale, car elle est nécessaire à la sécurité d'approvisionnement en cas d'arrêt du nucléaire. Dans son accord de coalition, le gouvernement fédéral a confirmé la sortie du nucléaire en 2025, mais sans la centrale de Vilvorde, cette sortie est compromise.

Et cela met Open VLD et CD&V dans une position difficile. Ils sont à la fois dans le gouvernement fédéral et dans le gouvernement flamand et sont donc très gênés par la décision de Zuhal Demir. De plus, la semaine dernière, on a appris que cette décision datait déjà de la fin octobre, alors que l'ensemble du gouvernement n'a été informé que la semaine dernière. Et cela a mis en colère les partenaires de la coalition.

Problème de confiance

Le président de l'Open VLD, Egbert Lachaert, a qualifié l'attitude de Zuhal Demir de "déloyale". 

"Je pense qu'il y a un problème de confiance lorsqu'une ministre prend une décision aussi importante le 29 octobre sans en informer ses collègues du CD&V et de l'Open VLD ou même ses propres ministres de la N-VA", a déclaré Egbert Lachaert, interrogé ce samedi par notre collègue Michaël Van Droogenbroeck "En pleine négociation d'un plan climat, ce n'est pas rien. Je pense donc que Jan Jambon aura du travail à faire pour rétablir la confiance."

Et à présent le ministre président le reconnaît aussi. "Personne ne remet en cause la décision prise par Madame Demir", a souligné Jan Jambon. "Mais ce que je sens, c'est qu'il y a parfois un problème de style et de communication, par exemple avec la collègue Demir."

Selon Jan Jambon, la question a été longuement discutée lors du Conseil des ministres de vendredi dernier. "C'est maintenant mon travail, et je l'assume, de restaurer cette confiance", dit-il. "Mais je le répète : le contenu du dossier n'est pas en cause".
 

Les plus consultés