Radio 2

Nouveau centre fermé à Steenokkerzeel, le bourgmestre n’était pas au courant

La commune de Steenokkerzeel, en Brabant flamand, compte déjà trois centres pour demandeurs d’asile et voit un quatrième ouvrir ses portes (photo). Le bourgmestre Kurt Ryon (N-VA) n'est pas enchanté de cette perspective, mais se dit surtout surpris et indigné de n’avoir pas été personnellement mis au courant et d’avoir dû apprendre la nouvelle par presse interposée.

Le gouvernement fédéral avait annoncé l'année dernière que deux nouveaux centres de détention étaient projetés à Jumet et à Zandvliet. Dans sa note politique, le Secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Sammy Mahdi (CD&V) a annoncé qu'il souhaitait également la création d'un nouveau centre à Steenokkerzeel, en plus de ceux existant. Il s'agirait d'un centre d'une cinquantaine de places, pour des séjours de très courte durée de personnes sur le point d'être expulsées.

Il semblerait que le bourgmestre de la commune brabançonne n’ait pas été prévenu par Sammy Mahdi de l’installation d’un quatrième centre sur son territoire. Il est indigné. "Avec deux centres fermés (127bis et Caricole) et un ouvert (centre d'accueil Ter Ham), nous sommes la seule commune du pays à disposer de trois centres d'asile", a souligné Kurt Ryon.

"Après neuf ans en tant que bourgmestre, je sais ce que cela coûte en termes de déploiement des forces de police locales", a-t-il ajouté, évoquant entre autres des manifestations, des émeutes, des grèves et des disparitions. "Cependant, les allocations du gouvernement fédéral à notre village et à la police locale ne tiennent pas compte des centres d'asile, alors qu'un centre supplémentaire entraîne naturellement des charges supplémentaires. Nous ne pouvons plus les supporter en tant que commune", a commenté Ryon.

Le bourgmestre comprend pourquoi le choix du gouvernement s’est porté sur Steenokkerzeel. "Mais nous ne sommes pas la seule commune située proche de l’aéroport de Zaventem. Actuellement nous sommes la seule à accueillir quatre centres d’accueil pour demandeurs d’asile. Nos services de police vont devoir gérer cela. Il leur faut des budgets et du personnel supplémentaires. Il faut donc d’abord discuter avec le ministre compétent".

La création de places supplémentaires dans les deux centres fermés existants à Steenokkerzeel est également prévue.

Les plus consultés