Vandenbrouk nuance ses propos sur le boycott de certains établissements de l’horeca : "Je retire ce que j'ai dit"

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit), a nuancé ce dimanche ses propos concernant le "boycott" des établissements de l’horeca qui ne prennent pas le contrôle du pass sanitaire au sérieux. Invité sur le plateau de la chaîne RTL-TVI, il a ainsi qualifié sa déclaration d’"expression malheureuse". "Je retire ce que j'ai dit", a-t-il souligné. 

Samedi matin, le ministre était l'invité de Radio 1 (VRT). À la question de savoir si les gens devraient boycotter les restaurants et les cafés qui ne prennent pas au sérieux le Covid Safe Ticket (CST), il avait répondu, sans hésiter, "absolument". "Si je vais dans un café et qu'ils n'utilisent pas le CST sérieusement, je quitte les lieux. Je veux me sentir en sécurité", avait-il expliqué.

Le vice-Premier ministre nuance donc désormais cette déclaration. "Je n'aime pas rester dans un restaurant qui ne contrôle pas bien le CST. Mais non, il ne faut pas de boycott. Je retire ce que j'ai dit", a-t-il ainsi déclaré.

Dimanche, le président d'Horeca Vlaanderen, Matthias De Caluwe, avait déjà appelé à un "langage plus prudent". "Nous devons traverser cette épreuve ensemble, c'est aussi le message que j'aimerais entendre de la part du gouvernement", a-t-il souligné lors de l’émission dominicale ‘De Zevende dag’ (VRT).

Également présent sur le plateau, le bourgmestre d'Ostende, Bart Tommelein (Open Vld), a qualifié le mot boycott d'"exagéré". "Mais je pense que le ministre voulait dire qu'il ne faut pas toujours compter sur le gouvernement pour imposer les règles. Je suis d'accord avec cela", a-t-il précisé.   

Les plus consultés