Chargement lecteur vidéo ...

La Belgique enverra 250 militaires au Mali pour une opération antiterroriste française

Les soldats belges participeront à la mission française Takuba au Mali en 2022, pour lutter contre les combattants de l’Etat islamique et d’Al Qaeda. C’est ce qui a été décidé lundi à Bruxelles, lors d’une concertation franco-belge sur la sécurité. Les Belges rejoindront la mission au milieu de l’an prochain, si la situation dans le pays d’Afrique occidentale est suffisamment stable à ce moment-là. D'ici la fin de 2022, quelque 250 soldats devront être sur le terrain.

Le calendrier et les chiffres ont été approuvés par le cabinet de la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS) mi-novembre. Toutefois, la ministre émet encore des réserves. "S'il s'avère que la situation au Mali devient incontrôlable sur le plan politique ou que la situation en matière de sécurité change complètement, l'opération pourrait être compromise".

Quelque 115 militaires belges se trouvent actuellement dans la région. Ils participent à deux opérations : une mission d’entrainement de l’Union européenne et une mission de paix des Nations Unies. Les 250 militaires supplémentaires participeront à l’opération Takuba à la croisée entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

"Ils seront avant tout envoyés en seconde ligne", précise le journaliste Jens Franssen, spécialiste en matière de défense à la VRT. "Ce qui signifie qu’ils accompagneront des convois français et monteront la garde autour de camps militaires. Mais il n’est pas exclu qu’ils doivent aussi se battre contre des combattants des groupes terroristes EI et Al Qaeda".

La mission n’est donc pas sans danger. Elle est également contestée, car le Mali est considéré comme "l’Afghanistan de l’Afrique". La France a posté depuis 2013 quelque 5.000 militaires au Mali, ainsi qu’au Niger et au Burkina Faso. Mais la violence y a gagné du terrain ces dernières années.

"La question se pose alors : faut-il continuer à investir et envoyer des militaires, dans l’espoir que la région se stabilise et qu’une sorte de processus de paix puisse voir le jour ?". Mais si les troupes étrangères se retirent, il y a un risque que le pays sombre dans l’anarchie complète et que le terrorisme s’y développe.

La France cherche de l’aide pour collaborer aux opérations dans le Sahel, sous son commandement. Outre les militaires belges, des militaires de Suède, d’Estonie et de République tchèque participeront à la mission Takuba au Mali.

Militaires français au Mali
Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.

Les plus consultés