Les gouverneurs des 10 provinces belges demandent la convocation d’urgence d’un Comité de concertation

Les dix gouverneurs de provinces du pays demandent conjointement que le Comité de concertation (Codeco) se réunisse plus tôt que prévu pour prendre de nouvelles mesures féréales. Les gouverneurs souhaitent également que la vaccination de rappel soit mise en œuvre plus rapidement. Le Premier ministre Alexander De Croo a réagi en faisant savoir qu'il n'y aura pas de nouveau Codeco pour le moment. 

Les dix gouverneurs ont participé ce mercredi à la cellule de crise nationale pour discuter des mesures à prendre afin de contenir la quatrième vague de covid.

Les gouverneurs veulent avant tout éviter un patchwork de mesures. Ils plaident tous par conséquent en faveur de mesures fédérales générales, ce qui implique une réunion anticipée du Codeco. Les gouverneurs souhaitent également un déploiement accéléré de la piqûre de rappel.

"Compte tenu des problèmes actuels dans les hôpitaux et de la pression toujours plus forte qui pèse sur eux, nous n'avons pas d'autre choix que d'intervenir. Il est préférable de le faire au niveau fédéral afin de garder une vue d'ensemble", explique le gouverneur de Flandre occidentale Carl Decaluwé.

"Toutes les provinces sont en phase d'alarme cinq. Il est donc peu judicieux de prendre des mesures différentes séparément. Un comité de concertation tel que prévu actuellement en janvier sera en fait trop tard", ajoute-t-il.

"Trop tôt" pour Alexander De Croo

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) a annoncé par l'intermédiaire de son porte-parole qu'il n'y aura pas de comité deconsultation pour le moment. Il souligne que les dernières mesures récemment prises ne sont entrées en vigueur que depuis le début de cette semaine. Selon lui, il est dès lors trop tôt pour en constater les résultats. 

Alexander De Croo souligne également que le gouvernement gardera un œil attentif sur les chiffres dans les prochains jours.

Concernant la troisième piqûre, il a été convenu lors du dernier Codeco qu'elle serait effectuée le plus tôt possible. Il a également été convenu que les Régions seraient responsables de l'organisation des injections. 

"Des semaines très difficiles nous attendent"

Le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, ne s'est guère montré rassurant mercredi en commission de la Chambre à propos de l'évolution de la pandémie en Belgique. Il s'attend à des semaines difficiles, a-t-il confié aux députés.

"Ce seront des semaines très difficiles. Espérons que vers la Noël, il y aura un peu plus de certitude", a-t-il déclaré à l'occasion du premier rapport mensuel de l'activation de la loi pandémie.

"Nous n'arrivons pas à nous débarrasser du virus. C'est un constat douloureux. Il est même possible que pendant un an, deux ans, trois ans, on vivra dans une situation où il y aura des vagues de contamination qui feront qu'on devra compter sur la vaccination et les autres mesures. Ce n'est pas ce qu'on avait en tête au début mais avec le variant Delta, il y a un niveau de contagiosité tel qu'il nous surprend et nous joue des tours", a souligné le ministre.

À ses yeux, il n'y a pas beaucoup de possibilités autres que celles qui sont déjà connues: la limitation des contacts, le port du masque, etc. "Les gens qui pensent que l'on peut abandonner ce message se trompent", a-t-il ajouté, face aux remarques de l'opposition mais également dans la majorité où le MR juge la communication actuelle trop anxiogène. 

Les plus consultés