La Flandre veut accélérer la dose de rappel pour les 60-65 ans : "Nous n’allons pas attendre", affirme Beke

Le gouvernement flamand veut aussi inviter le groupe des 60 à 65 ans à se faire administrer une dose de rappel du vaccin anti-Covid, certainement dans les régions où les centres de vaccination disposent d'une capacité suffisante pour ce faire, a indiqué le ministre flamand de la Santé Wouter Beke.

Les ministres de la Santé du pays se penchent samedi sur le déploiement de la dose de rappel (parfois appelée "troisième dose"), qui est proposée aux personnes déjà complètement vaccinées afin de relancer leur immunité, en baisse avec le temps.

"Nous n'allons pas attendre, nous ne devons pas attendre", a affirmé Wouter Beke (CD&V), pressé au Parlement flamand par des élus N-VA et Open VLD (majorité gouvernementale).

Pas moins de 700.000 doses de rappel ont déjà été administrées en Flandre, avec pour objectif que 2,5 millions de personnes aient reçu cette dose d'ici la fin de l'année, selon le ministre. Lundi seulement, pas moins de 100.000 personnes ont reçu leur invitation, entre autres des soignants, des personnes de plus de 65 ans, des patients immunodéprimés ou encore des vaccinés au Johnson & Johnson.

"Nous avons reçu un accord implicite pour inviter aussi le groupe des 60 à 65 ans, ce que nous allons faire dans les centres disposant d'une capacité supplémentaire", a expliqué Wouter Beke.

Dans la foulée, la N-VA a plaidé pour inviter, immédiatement après ces groupes, les travailleuses et travailleurs de l'enseignement et des garderies.

Les plus consultés