picture alliance / SVEN SIMON

“L’assouplissement de la stratégie de testing risque d’accélérer la pandémie"

Pour diminuer la pression sur les médecins généralistes et les centres de dépistage, les ministres de la Santé réunis en Conférence interministérielle ont décidé samedi de ne plus exiger deux tests pour les personnes vaccinées qui ont eu un contact à haut risque, mais un seul. Il devra être effectué le premier jour après le contact. Le second test à faire le 7e jour tombe si le premier a été négatif. Tant l’association flamande des médecins généralistes Domus Medica que le professeur de Médecine du travail Lode Godderis (KU Leuven) se montrent très critiques face à cette nouvelle politique de dépistage. Ils estiment qu’elle va accroitre la circulation du virus.

D’après Domus Medica, la nouvelle stratégie de dépistage n’est pas réalisable, parce qu’elle va augmenter la circulation du coronavirus au sein de la population et ainsi au contraire accroitre la pression sur les généralistes, au lieu de la diminuer. "Nous avons donc décidé de ne pas suivre cette nouvelle stratégie" proposée par la Conférence interministérielle Santé, indiquait Roel van Giel de Domus Medica.

Interviewé ce dimanche matin dans l’émission De Ochtend (Radio 1) de la VRT, le professeur de Médecine du travail de l’Université de Louvain Lode Godderis, qui fait aussi partie du groupe d’experts de stratégie de crise pour le Covid-19 (GEMS), se montrait tout aussi critique que les généralistes. "Du point de vue virologique, je ne comprends pas cette stratégie de dépistage". Godderis constate en effet souvent dans la pratique que “les tests effectués le 3e ou 4e jour après un contact à haut risque deviennent positifs".

Le professeur craint donc que des contaminations ne soient pas détectées si on ne teste plus le 7e jour aussi les personnes vaccinées qui ont eu un contacts à haut risque. Selon lui, de nombreuses personnes qui ont testé négatif après le contact retourneront au travail, alors qu’elles deviendront positives peu après. "C’est la recette pour accélérer la pandémie", met en garde Lode Godderis. Il estime qu’une quarantaine est "la seule bonne mesure" à suivre à l’issue d’un contact à haut risque.

"C’est difficile pour les entreprises, mais nous les appelons à respecter toutes les mesures préconisées, comme le télétravail et la distanciation sociale, pour lutter au mieux contre l’épidémie".

Belga Image

Réagissant aux déclarations de Domus Medica et de son collègue Godderis, le virologue Marc Van Ranst (KU Leuven) a fait savoir qu’il estime surtout important de se mettre bien d’accord sur certaines choses.

"Chaque politique de testing a ses avantages et désavantages, mais une fois qu’on s’est mis d’accord sur une formule, nous devons tous la suivre. Si certaines personnes ne sont pas d’accord, nous pouvons à nouveau nous concerter".

Les plus consultés