Des milliers de personnes manifestent à Bruxelles contre la violence envers les femmes

Entre 5.000 et 8.000 manifestants - selon les organisateurs - étaient rassemblés dans la capitale ce dimanche pour protester contre les violences faites aux femmes. Il s'agissait avant tout des membres d’associations féministes. Elles réclament que les autorités du pays prennent des mesures concrètes pour endiguer la violence envers les femmes. Un plan d’action existe déjà, mais les associations craignent qu’il en reste au stade des promesses.

C’est la cinquième année consécutive que les mouvements féministes manifestent à Bruxelles. Depuis 2017, chaque année à la fin novembre, une telle manifestation nationale est organisée pour "faire bouger les lignes" et pousser les pouvoirs publics à assumer pleinement leurs responsabilités dans la lutte contre les violences à l'égard du sexe féminin.

La plateforme Mirabal Belgium, qui rassemble diverses associations féministes, avait appelé à manifester ce samedi, au Mont des Arts à Bruxelles, contre les violences spécialement dirigées contre les femmes. Dès 12h, et jusque 17h, des stands de différentes associations étaient déployés sur place pour informer les citoyens sur la situation actuelle de ce phénomène particulier de violence, et pour évoquer les solutions, les aides et les projets de réforme. 

À 13h00, une marche s'est élancée du Mont des Arts, pour une boucle de 5 km à travers la ville.

D’après l’une de ces associations, le Conseil des femmes, quelque 150 femmes en Belgique ont succombé à de la violence au cours des cinq années écoulées. Les militants estiment qu’il est temps de réagir à ces féminicides.

"Les dix centres d’accueil et de soins qui ont été promis, pour ces femmes, sont maintenant planifiés pour 2024. Mais c’est bien trop lent. C’est maintenant que les victimes ont besoin d’aide", indique les associations.

"Les actions de protestation doivent servir à dépasser le stade du plan d’action, pour convertir les paroles en actions. Les cas de violences envers les femmes qui passent inaperçus parce que les victimes ne déposent pas plainte doivent aussi être pris en considération", plaident les manifestants.

Ces derniers mois, plusieurs cas de violences envers des femmes ont été relatés dans l’actualité. En octobre, plus de 1.000 femmes avaient déjà manifesté dans les rues d’Ixelles contre les violences sexuelles. Cette action faisait suite à plusieurs plaintes et témoignages déposés par des femmes qui indiquaient avoir été droguées puis abusées dans deux cafés estudiantins à Bruxelles.

Des manifestations ont eu lieu également à Gand (Flandre orientale), en novembre, à la suite de faits identiques.

Les plus consultés