Ricardo Smit

Pollution inquiétante aux PFAS dans l'estuaire de l'Escaut

A la demande de l'organisation de défense de l'environnement Grondrecht, l'université néerlandaise d'Amsterdam a procédé à l'analyse de la faune et de la flore ainsi que du sol de l'estuaire de l'Escaut, ou Westerschelde, pour plus de quarante substances PFAS. C'est la première fois qu'une enquête d'une telle envergure est menée et les résultats ne sont pas rassurants, rapporte ce lundi le quotidien flamand Het Laatste Nieuws.

Il en ressort que l'estuaire est terriblement pollué aux PFAS. "Les concentrations surtout dans les poissons sont si hautes qu'elles sont alarmantes. Si l'on recense les PFAS et tient compte de leur toxicité, alors les normes néerlandaises sont dépassées 813 fois", comment le professeur néerlandais Jacob de Boer, qui a réalisé l'étude. Il appelle à un sursaut.

Autre fait interpellant, toutes les quarante substances se retrouvent dans les échantillons. Et le PFOS est la substance qui est la plus hautement concentrée. Un constant similaire est observé dans l'eau de l'estuaire.

L'université d'Amsterdam a aussi sondé l'eau de distribution d'Anvers. Les mesures restent inférieures aux normes autorisées, mais le professeur fait toutefois quand même part de son inquiétude. "Si nous adaptons nos calculs de toxicité de l'eau à l'eau de distribution et recensons toutes les substances PFAS, alors nous ne sommes pas très loin des normes. Ce qui m'inquiète".

La qualité de l'eau de distribution en Flandre fait justement l'objet d'inquiétudes. La norme pour le PFOS sont de 100 nanogrammes au litre. Un plafond assez élevé qui n'a jamais été dépassé. L'eau du robinet au nord du pays est donc considérée comme "sûre". Cependant, même au sein du gouvernement flamand, de plus en plus d'experts estiment que cette norme est trop laxiste, pointe le quotidien.

foto Peter Hilz (C)

Les plus consultés