DLE

Le gouvernement fédéral escroqué lors de l'achat de millions de masques

La justice bruxelloise part du principe que le gouvernement fédéral a été escroqué l'an passé lors de l'achat de millions de masques buccaux auprès de la firme luxembourgeoise Avrox, qui ont été distribués gratuitement à la population. Quatre personnes sont actuellement suspectées.

Le parquet de Bruxelles, qui auparavant évoquait des "faits possibles" de fraude, a confirmé officiellement que quatre personnes sont soupçonnées dans l'enquête sur les 15 millions de masques que la Défense a commandés à la firme luxembourgeoise Avrox pour un montant de 32 millions d'euros.

"A ce stade de l'enquête judiciaire, je peux confirmer que quatre personnes sont soupçonnées pour des faits de faux, escroquerie et blanchiment d'argent", a confirmé la porte-parole du parquet Sarah Durant. De la sorte, elle confirme que le juge d'instruction part du principe qu'il y a bien eu une fraude dans cette affaire. Cependant, le parquet ne commente pas davantage, dans l'intérêt de l'enquête.

L'accord commercial a été conclu lorsque la pandémie de coronavirus s'est déclarée, au printemps 2019. Le gouvernement de Sophie Wilmès à l'époque souhaitait distribuer à tous les Belges un masque gratuit. Mais très vite des questions se sont posées à propos de cette entreprise luxembourgeoise, ses dirigeants et les documents grâce auquel Avrox avait remporté l’appel d’offres. Le parquet avait donc ouvert une enquête.

En mai 2020, des perquisitions étaient menées dans divers pays européens. L’administrateur délégué d’Avrox avait même été arrêté. On ne sait actuellement pas qui sont les quatre personnes soupçonnées et quel rôle elles ont joué.

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés