Jonas Roosens

Le procès de l'assassin présumé de Julie Van Espen s'ouvre à Anvers, à huis clos

Le procès d'assises de Steve Bakelmans (41 ans), accusé du viol et de l'assassinat de l'étudiante Julie Van Espen (23 ans, photo) en mai 2019, se tiendra finalement à huis clos, annonçait ce lundi la cour d'assises d'Anvers dans un arrêt interlocutoire. Les parties civiles l'avaient demandé au début du procès, dans le but de protéger l’intégrité de la victime. Le ministère public et la défense ne s'y étaient pas opposés.

D’après la cour, le fait que Steve Bakelmans (photo) soit également poursuivi pour viol signifie que de nombreux éléments de la vie privée de la victime seront évoqués lors du procès. D'un autre côté, le fait que les procès soient publics est une garantie fondamentale de l'État de droit. "Dans la mise en balance des deux, la protection de la vie privée prime sur le caractère public du procès", a néanmoins estimé la cour d'assises d'Anvers. La presse et le public ont ensuite été priés de quitter la salle d'audience.

Plus tôt dans la journée, les parties civiles avaient demandé que le procès se déroule à huis clos. "Nous demandons cela afin de préserver la vie privée et l'intégrité de la victime et de ses proches", avait déclaré Me Maes. "L'un des motifs d'accusation est le viol et il est précisément prévu par la loi qu'un procès à huis clos peut être demandé au nom de la victime. Cela est également prévu dans la Convention européenne des droits de l'Homme."

Bakelmans risque la prison à perpétuité

La cour d'assises d'Anvers ouvrait ce lundi les débats au procès de Steve Bakelmans. L’étudiante de 23 ans Julie Van Espen avait disparu le 4 mai 2019. Originaire de Schilde, la jeune femme s'était rendue à vélo à Anvers où elle avait rendez-vous avec des amies. Elle n'est jamais arrivée à destination. Le lendemain, une partie de sa tenue ensanglantée et le panier de son vélo avaient été retrouvés dans les environs du canal Albert, où son téléphone avait émis un dernier signal.

Sur des images de caméras, on pouvait voir un homme avec le panier à vélo dans les mains. Il a été identifié comme étant Steve Bakelmans. Ce dernier était arrêté le 6 mai. Le corps de la victime avait été repêché le même jour à Merksem dans le canal Albert. Steve Bakelmans avait reconnu avoir tué Julie Van Espen alors qu'il tentait de la violer et qu'elle s'était férocement débattue.

Le quadragénaire a déjà été condamné à plusieurs reprises, pour viol notamment. Il était libre dans l'attente de l'analyse par la cour d'appel d'une affaire de viol. "Deux ans et demi après les faits, il est temps", avait réagi récemment l'avocat de la famille et des proches de Julie Van Espen, Me Maes (photo), à l'occasion de la constitution du jury. "Les proches n'ont pas hâte d'y être, mais c'est nécessaire. C'est une étape importante pour la famille. Nous voulons un procès équitable, dans lequel tout peut être discuté et la seule chose que nous demandons est la justice".

La mère de Julie Van Espen, ainsi que son jeune frère et sa sœur n'assisteront pas au procès. "Ils ne peuvent pas supporter la confrontation avec Steve Bakelmans", explique Me Maes. "C'est trop dur pour eux. Le père et les autres membres de la famille viendront, tout comme trois des amis de Julie. Ils se sont également constitués partie civile et représenteront le groupe d'amis dont Julie faisait partie".

Steve Bakelmans n'est pas inconnu de la justice, puisqu'i il a déjà fait l'objet de condamnations pour vol, recel, menace ainsi qu'à deux reprises pour viol. Huit jours ouvrables ont été réservés pour ce procès. Steve Bakelmans encourt la réclusion à perpétuité.

Les plus consultés