Il faudra désormais un support pour pouvoir utiliser son GSM comme GPS au volant

La commission Mobilité de la Chambre se penchera, ce mardi, sur la possibilité d'appliquer des règles plus strictes - et une amende plus salée - pour limiter l'utilisation d'appareils électroniques au volant, rapportent les journaux du groupe Mediahuis. "La législation actuelle date de l'ère pré-smartphone. Nous devons mettre à jour le code de la route", a de son côté expliqué le député Joris Vandenbroucke (Vooruit) dans De Ochtend sur la VRT.

L'utilisation d'un smartphone au volant coûte la vie, chaque année, à au moins 30 personnes et 2.500 autres sont blessées. "Les règles pour lutter contre ce phénomène datent de l'époque où tout le monde avait un Nokia 3310", a ajouté Jef Van den Bergh (CD&V), à l'origine de la proposition de loi examinée ce mardi au côté de Joris Vandenbroucke.

Pour les deux parlementaires, la nouvelle réglementation devra faire référence à un "appareil mobile avec écran", afin de pouvoir interdire, par exemple, une tablette ou une liseuse. Tenir ce type d'appareil en main constituera déjà une infraction, même s'il n'est pas utilisé.

De plus, le fait que ce type d'appareil se trouve sur les genoux, le tableau de bord ou sur le siège passager sera également sanctionné. "L'appareil doit être dans un support. L'utilisation de votre smartphone comme GPS sur vos genoux ou sur le siège passager ne sera pas autorisée", a poursuivi Joris Vandenbroucke.

Enfin, l'utilisation du smartphone au volant sera également considérée comme une infraction au troisième degré, avec une amende à la clé de 174 euros, contre 116 actuellement.

S'il est voté, le nouveau règlement devrait entrer en vigueur début mars.
 

Les plus consultés