Les enfants néerlandophones auront priorité dans les écoles flamandes de la périphérie bruxelloise

Le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts (N-VA) a modifié le règlement pour les inscriptions dans les écoles néerlandophones de la périphérie bruxelloise. Dès la prochaine rentrée de septembre, les écoles primaires pourront ainsi donner la priorité aux enfants de la commune dans laquelle elles sont situées. Les écoles secondaires pourront réserver 70% de leurs places aux élèves qui suivent l’enseignement néerlandophone depuis l’âge de 3 ans. Ben Weyts (photo, à dr.) espère ainsi résorber le manque de places dans les écoles néerlandophones installées en périphérie bruxelloise.

Ces écoles comptent en effet un nombre croissant d’élèves provenant de Bruxelles et de la Wallonie. "Les écoles de la périphérie bruxelloise offrent un enseignement de qualité, ce qui attire beaucoup d’élèves. Nous constatons que seulement 60% de tous les élèves du secondaire en périphérie parlent le néerlandais à la maison", indique Ben Weyts. "Le caractère néerlandophone et la qualité de l’enseignement sont ainsi mis sous pression".

Le ministre a donc élaboré un nouveau règlement : dans l’enseignement secondaire, les écoles de la périphérie flamande pourront réserver 70% des places disponibles à des élèves qui ont suivi l’enseignement en néerlandais sans discontinuer depuis l’âge de trois ans. Et à ceux qui depuis leur déménagement en Flandre ou à Bruxelles ont toujours été dans une écoles néerlandophone.

Les écoles primaires pourront donner la priorité aux enfants qui habitent dans la commune où elles sont installées.

Juridiquement discutable

Le ministre flamand de l’Enseignement affirme se rendre compte que ce nouveau règlement pourra être contesté sur le plan juridique, sur base de son caractère discriminatoire, mais il compte le défendre. Depuis des années, le gouvernement flamand planche sur pareil règlement. La ministre précédente, Hilde Crevits, n’avait jamais introduit ces règles de priorité en raison de leur caractère discriminatoire.

Mais Ben Weyts affirme que le règlement pourra être introduit sans difficulté, malgré son aspect discutable. "Je veux conserver un maximum le caractère flamand en périphérie. Et je veux rendre les choses plus justes aussi. Je trouve en effet évident que quand on habite dans une certaine commune on ait priorité pour inscrire ses enfants dans une école de cette même commune".

Le nouveau règlement devrait s’appliquer à toutes les communes qui sont voisines de la Région bruxelloise et aux communes flamandes à facilités linguistiques pour les francophones, comme Wemmel ou Rhode-Saint-Genèse. Au total, il concernerait 31 communes flamandes.

Le ministre Weyts va présenter son projet au Parlement flamand. Il affirme que le gouvernement flamand le soutient déjà. Les nouvelles règles de priorité entreraient en vigueur le 1er septembre 2022, donc pour les inscriptions à l’année scolaire 2022-2023.

Les plus consultés