2021 (2021 (Photographer) - [None]

Omicron : 90 infections confirmées en Belgique. Vers une accélération de la 3e dose ?

Selon les derniers chiffres du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), au moins 90 cas de contamination au variant Omicron du coronavirus ont été constatés en Belgique. Au total, 2.629 cas liés au variant Omicron ont été enregistrés dans l'Espace économique européen. La conférence des ministres de la Santé de notre pays doit décider ce soir si la campagne de rappel de vaccination (booster) doit être accélérée.

C'est la Norvège qui recense le plus de cas (1.498), mais ce pays reprend également dans ses statistiques les cas probables. Viennent ensuite le Danemark (310), la France (170) et l'Allemagne (102). La Belgique occupe la cinquième place, avec 90 cas.

Alors que les premiers cas de contaminations au variant Omicron sur le Vieux-Continent étaient initialement liés à des voyages hors Europe, un nombre croissant de cas sont maintenant liés à des transmissions survenant en Europe, observe l'ECDC qui s'attend à ce que le variant Omicron devienne probablement dominant au cours des deux premiers mois de 2022.

Hors Europe, 7.521 cas confirmés ont été confirmés dans 53 pays. Au Royaume-Uni, le nouveau variant a fait un premier mort. Le variant Omicron a été découvert en Afrique du Sud à la fin du mois de novembre. Son impact sur l'évolution de la pandémie suscite des inquiétudes au niveau mondial.

Les ministres de la Santé se réunissent ce mercredi soir

Une conférence interministérielle Santé se réunit ce mercredi dès 21h pour discuter de l'administration de la 3e dose de vaccin contre le coronavirus et de son éventuelle accélération, a indiqué le cabinet du ministre flamand de la Santé, Wouter Beke (photo). Ce dernier a également déclaré au Parlement flamand que si les différents ministres de la Santé donnaient leur feu vert à l’accélération de cette campagne de vaccination, le gouvernement flamand ferait de même.

Selon nos collègues de la RTBF, le Conseil supérieur de la Santé (CSS) - dont l'avis était attendu - estime qu'il existe des bases scientifiques pour accélérer l'administration d'une dose "booster" de vaccin. Le CSS ne se prononce par contre pas sur l'échéance, laissant cette décision aux ministres.

A l'heure actuelle, le délai entre la 2e et la 3e dose de vaccin est fixé à deux mois pour le Johnson&Johnson, à 4 mois pour l'Astra Zeneca et à 6 mois pour les vaccins Pfizer et Moderna. Des délais qui devraient être revus à la baisse en raison notamment de l'émergence du variant Omicron.

Les plus consultés