Radio 2

Vingt-sept prévenus devant la justice pour la mort de 39 migrants vietnamiens

Le tribunal correctionnel de Bruges (Flandre occidentale) entendra ce mercredi à 9h les premières plaidoiries dans le cadre du procès de 27 personnes, prévenues pour leur rôle supposé dans la mort en 2019 de 39 migrants vietnamiens, retrouvés dans un camion réfrigéré alors qu'ils tentaient de rejoindre le Royaume-Uni. Les prévenus sont suspectés de faire partie d'une organisation criminelle de trafic d'êtres humains. Le principal prévenu risque 15 ans de prison.

Le 23 octobre 2019, les corps sans vie de 39 personnes, dont trois mineures d'âge, avaient été découverts dans un camion réfrigéré à Grays, dans le comté de l'Essex au sud de l'Angleterre. Il était rapidement apparu que le conteneur était arrivé la veille, à 14h49, au port de Zeebrugge. Il avait ensuite quitté le port belge dans le courant de l'après-midi pour arriver dans la nuit à Purfleet.

Le volet britannique de l'enquête a mené en janvier 2021 à la condamnation à de lourdes peines de prison de quatre hommes. Sept personnes ont aussi été jugées au Vietnam pour leur rôle dans ce charnier. Le 26 mai 2020, une série de perquisitions ont été effectuées en Belgique et en France. Les fouilles ont été opérées côté belge à Anderlecht (cinq perquisitions), à Schaerbeek (3), à Molenbeek-Saint-Jean (3) ainsi qu'à Leeuw-Saint-Pierre, Ganshoren, Bruxelles, Uccle et Etterbeek (une dans chaque commune). De nombreux suspects ont été, au fil de l'enquête, libérés sous conditions et sous caution.

Cinq prévenus se trouvent encore en détention préventive. Le 8 octobre dernier, la chambre du conseil de Bruges a suivi les réquisitions du parquet fédéral, qui demandait le renvoi de 27 suspects devant le tribunal correctionnel de Gand. Pour quatre suspects, un renvoi n'a pas encore été demandé. Deux sont en fuite tandis que pour les deux autres, une procédure de remise à la Belgique est en cours. Le transfert de l'un d'eux a entretemps été approuvé par une cour de Westminster.

AFP or licensors

Vingt-sept suspects vont dès lors comparaître devant le tribunal correctionnel de Bruges à partir de ce mercredi. Vo Van Hong, un Vietnamien âgé de 45 ans, est suspecté de diriger une organisation criminelle, ce qui sera contesté par son avocat Me Vandecasteele. Depuis septembre 2018, le quadragénaire pourrait être relié à au moins une quarantaine de passages concernant plus d'une centaine de personnes au total. Il aurait également loué une cache à Anderlecht.

La plupart des autres prévenus sont également Vietnamiens ou d'origine vietnamienne. Trois autres Belges, six Marocains et un Arménien comparaissent également. Il s'agit principalement de chauffeurs de taxis qui auraient transporté les personnes migrantes depuis Bruxelles vers des caches. À l'audience d'introduction le 27 octobre, cinq prévenus ne s'étaient pas présentés. Il était également apparu que plusieurs proches avaient l'intention de se porter partie civile.

Le centre fédéral de migration Myria et PAG-ASA, qui soutient les victimes de trafic d'êtres humains, se sont déjà constitués parties civiles. Me Luc Arnou va requérir pour chacune d'elles 5.000 euros de dédommagements. Ce mercredi matin, les débats débuteront avec les plaidoiries des parties civiles. La procureure fédérale Ann Lukowiak prononcera ensuite son réquisitoire. La peine maximale en cas de trafic d'êtres humains avec des circonstances aggravantes est de 15 ans d'emprisonnement. Les premiers avocats de la défense devraient prendre la parole ce mercredi après-midi. L'avocat de Vo Van Hong s'exprimera en premier. Les plaidoiries de sept prévenus devraient être entendues mercredi, tandis que le reste de la défense pourra plaider jeudi.

15 ans requis contre le dirigeant présumé du trafic d'êtres humains

Le parquet fédéral a requis mercredi matin, devant le tribunal correctionnel de Bruges, une peine de 15 ans d'emprisonnement à l'encontre de Vo Van Hong, suspecté de diriger une organisation criminelle de trafic d'êtres humains.

Le parquet a requis à l'encontre des 26 autres personnes entre un et 10 ans de prison.

PA

Les plus consultés