Xinhua/Photoshot. All rights reserved.

L’armée fait ses adieux au dernier C-130 Hercules

En raison de mauvaises conditions météorologiques, le vol d'adieu du dernier avion-cargo C-130 a été écourté ce vendredi après-midi. Initialement, un tour de Belgique de trois heures était prévu, mais l'appareil devait finalement voler au-dessus des nuages en raison du brouillard. Ce "Farewell Flight" - la fin symbolique de cinquante ans d'histoire - a ainsi été ramené à environ 1h15. En service depuis 1972, dans d’innombrables missions internationales importantes - notamment au Sahel et en Afghanistan - le C-130 sera maintenant exposé au nouveau Musée de la base aérienne de Beauvechain.

Vers 13 heures, une formation de C-130 décollait de l'aérodrome militaire de Melsbroek. Deux autres vols étaient également prévus pour la presse et des invités, l'un avec son successeur, l'Airbus A400M, et l'autre en C-130. La Belgique avait acquis au début des années 1970 une flotte de douze C-130H, construits par l'avionneur américain Lockheed Martin. Ils ont été livrés entre juillet 1972 et avril 1973.

Un appareil, le CH-06, a été perdu dans un accident survenu le 15 juillet 1996 sur la base aérienne d'Eindhoven (sud des Pays-Bas), provoquant la mort de 34 personnes sur les 41 occupants, à la suite d'une collision en phase d'atterrissage avec un essaim d'oiseaux. Un autre, le CH-02, a été détruit le 4 mai 2006 dans l'incendie d'un hangar de la société Sabena Technics à Zaventem lors d'un grand entretien.

En près de 50 ans, ces appareils ont effectué quelque 285.000 heures de vol et 199.500 atterrissages, transportant 150.000 tonnes de fret en réalisant l'équivalent de 3.900 tours du monde, selon l'officier de presse de la Force aérienne, le commandant Kurt Verwilligen. "Sans les légendaires C-130, la force aérienne belge ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui", indiquait le journaliste Jens Franssen ce vendredi dans l’émission "De ochtend" de la VRT. "C’est un peu l’avion qui peut tout faire et qui n’a jamais laissé tomber la Défense".

Nicolas Maeterlinck

Grandes missions

Dimanche dernier, l'un des quatre derniers appareils encore en service, le CH-01, porteur d'une décoration spéciale pour célébrer ces 50 ans sous les cocardes belges, a effectué les ultimes "drops" (largages) de parachutistes belges en Afrique, lors de l'exercice Tropical Storm qui se déroule au Gabon jusque mardi.

"Chaque soldat belge en mission à l'étranger attendait avec impatience l'arrivée du C-130, pour du ravitaillement ou parce que cela signifiait le soulagement du retour à la maison", explique le commandant du 15e wing Frank Vandenbussche. "Mais de nombreux enfants dans le monde vivant dans des conditions épouvantables attendaient également les largages pour pouvoir survivre." Lors de la famine au Sahel dans les années 1980, la Belgique avait bénéficié d’une admiration internationale pour son "Very Low Altitude Gravity Extraction System", qui avait été développé par des spécialistes pour larguer de l’aide d’urgence.

L’avion-cargo était aussi devenu la colonne vertébrale de différentes opérations d’évacuation de ressortissants belges, comme encore tout récemment à Kaboul en Afghanistan. Le plus vieux C-130 Hercules de la Défense (CH-13) a pris sa pension au Musée de la base aérienne de Beauvechain, en Brabant wallon.

L’avion-cargo ayant fait près de 50 ans de service depuis l’aéroport militaire de Melsbroek, diverses personnalités politiques auraient souhaité le voir prendre sa pension en Brabant flamand. Mais la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, a finalement décidé de l’envoyer au Musée de l’armée de Beauvechain.

Le successeur du C-130, l'appareil européen A400M, est plus gros, plus rapide et peut aussi voler plus loin. Les amateurs d’aviation qui souhaitaient déjà le voir voler s’étaient postés ce vendredi près des aéroports militaires de Kleine-Brogel, Chièvres, Florennes et des aéroports civils d’Ostende, Deurne et Liège.

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés