Le balisage des lignes à haute tension réduit le nombre d'oiseaux victimes d'une collision

Le balisage des lignes à haute tension réduit drastiquement le nombre d'oiseaux victimes d'une collision, si l’on en croit les résultats publiés vendredi d'une étude de Natuurpunt, l'association de protection de la nature active en Flandre et à Bruxelles, réalisée pour le compte du gestionnaire de réseau Elia. Natuurpunt a comparé la situation sous une ligne aérienne à Noordschote (Flandre occidentale) avant et après la pose de balises. Après l'installation des dispositifs, on comptait 75 à 95% d'oiseaux morts en moins, a souligné l'association de protection de la nature.

Ces dispositifs permettent aux oiseaux de repérer plus rapidement les lignes et donc de ne pas les percuter. En 2001 et 2018, des bénévoles de Natuurpunt ont effectué 11 recensements sous la ligne à haute tension de Noordschote, à la recherche d'oiseaux qui l'auraient percutée. Il n'y avait à l'époque pas encore de balisage. Les bénévoles avaient alors découvert 30 oiseaux morts en 2001 et 113 en 2018.

Le même exercice a eu lieu après le balisage de la ligne en 2021 et six oiseaux morts ont alors été découverts. Le nombre d'oiseaux présents au moment des recensements a également été pris en compte. Sans le balisage, on pouvait s'attendre à retrouver entre 14 et 42 oiseaux morts. Au final, six ont donc été découverts, ce qui représente une diminution de 78 à 93%, indique le communiqué.

Chez les passereaux, on note une diminution de 75 à 95% par rapport à la période de recensement précédant l'installation du balisage. Au vu des résultats, Elia compte baliser d'ici 2030 environ 200 km de lignes à haute tension, a confirmé le gestionnaire de réseau. Jusqu'à présent, un total de 36 km ont été balisés.

Les plus consultés