Un exemplaire du plus petit livre au monde adjugé à 3.500 euros à Bruxelles

Mis aux enchères samedi à Bruxelles par la maison Arenberg Auctions, un exemplaire du plus petit livre au monde (photo, au centre) a été adjugé pour 3.500 euros, a indiqué Henri Godts, expert chez Arenberg Auctions. Il s'agit d'un livre de prières de cinq millimètres sur cinq, soit à peine la taille d'une mine de crayon. Sa valeur était estimée entre 1.000 et 1.500 euros.

"L'attention médiatique autour de cette vente a éveillé la curiosité, bien que ce genre d'objet suscite toujours l'intérêt", a indiqué Henri Godts, qui précise que, frais inclus, le livret a atteint les 4.200 euros. Le minuscule recueil, bordé de cuir, est intitulé "The lord's prayer" ("La prieur du seigneur") et réunit sept versions du Notre Père, en autant de langues différentes - dont l’anglais, le français, l’allemand et le suédois.

Le texte imprimé est si petit qu'il est illisible à l'œil nu et sa lecture nécessite donc une loupe. Il constitue l'un des quelques centaines d'exemplaires publiés en 1952 par le Gutenberg Museum. Cette institution allemande dédiée à l'art de l'imprimerie avait vendu le petit livre afin de financer des travaux de restauration. Le caractère unique de cet exemplaire réside dans le fait qu'il a été vendu avec ses plaques d'impression métalliques, plus grandes que le livre lui-même.

Jusqu’à présent, le livre avait été pendant des dizaines d’années en la possession d’un collectionneur privé.

D’autres pièces de grande valeur

Arenberg Auctions est spécialisée dans les livres rares, les manuscrits et les cartes. Plusieurs pièces d'exception figuraient à sa dernière vente de l'année. Menée vendredi et samedi, elle a ainsi proposé aux enchères une édition datant de plus de 500 ans de "Chronique de Nuremberg", l'un des plus célèbres incunables illustrés. L'objet a trouvé acquéreur pour 38.000 euros (47.000 euros en comptant les frais).

La peinture de deux mètres de haut représentant José de Anchieta et signée de la main de l'artiste bruxellois Antoon Sallaert (1594-1650) est, elle, partie pour 11.000 euros (18.000 euros frais inclus). Au total, la vente a rapporté 1,25 millions d'euros. "Une belle somme", s'est réjoui Henri Godts.

Les plus consultés