Plus de la moitié des parents sondés refuseront "probablement ou sans hésitation" de faire vacciner leur enfant

Le gouvernement a peut-être donné le feu vert à la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans, mais les parents ont beaucoup de doutes. C'est ce qui ressort du dernier baromètre de la motivation publié par l'UCLouvain, l'ULB, la KUL et l'UGent. 51% des parents déclarent ainsi qu'ils refuseront "probablement ou sans hésitation" de faire vacciner leur(s) enfant(s). Près d'un Belge sur deux est par ailleurs prêt à se tester pour passer des fêtes en sécurité.

Entre le 15 et le 20 décembre, 3.270 parents ayant au moins un enfant âgé de 5 à 11 ans ont été interrogés pour savoir s'ils envisageaient de faire vacciner leur enfant. La moitié (51%) refuserait probablement ou certainement, près d'un quart (23%) aurait des doutes et le reste (26 %) est déjà (assez) sûr qu'il le fera. La volonté des parents vaccinés à ce que leur enfant suive la même voie qu'eux est à peine plus élevée, à 32 %. 

Pas d’inquiétude des experts

Les experts du GEMS ne sont toutefois pas trop inquiets de la grande résistance des parents. "Les gens ont besoin de temps pour être convaincus de l'utilité de la vaccination des enfants", analyse le biostatisticien Geert Molenberghs (KU Leuven/UHasselt) dans les colonnes des journaux Mediahuis. "Chez les jeunes de 12 à 15 ans, il y a également eu beaucoup de résistance l'été dernier, mais entre-temps, 86% des adolescents en Flandre ont été vaccinés."

Selon les experts, il est important d'informer les parents de ces avantages, notamment par l'intermédiaire des médecins généralistes et des pharmaciens. 

L’autotest plébiscité

Un quart des répondants annonce par ailleurs vouloir se restreindre à moins de cinq contacts pour les fêtes de fin d'année. Et quand il s'agit de répondre sur les précautions à prendre pour participer aux réveillons, 40% des Belges se disent favorables à un autotest, particulièrement parmi les 18-35.

La présentation d'un CST lors d'une réunion familiale n'est par contre pas à l'ordre du jour. Ils sont 61% à le rejeter totalement de la table des fêtes, y compris parmi les vaccinés.

Les plus consultés