Chargement lecteur vidéo ...

La princesse Delphine raconte son histoire d’enfant cachée, sans tabou

Eén, la première chaîne TV de la VRT, diffuse ce mercredi soir à 20h40 la première séquence d’une série documentaire en trois volets intitulée "Delphine : mijn verhaal". La princesse de Saxe-Cobourg a tenu à y raconter "son histoire", sa version de faits tant de fois rapportés par les médias depuis qu’ils l’ont retrouvée à Londres en 1999 lorsqu’elle n’avait que 31 ans mais une carrière d’artiste déjà bien développée. Une biographie de la reine Paola, écrite par le journaliste Mario Danneels, avait subitement révélé publiquement l’existence de cette fille naturelle, jusque-là cachée, d’Albert II. Avant de tourner définitivement la lourde page de son existence qui, via les tribunaux, a finalement mené à la reconnaissance de paternité du roi et l’obtention du titre de princesse mais aussi surtout à une réconciliation entre père et fille, Delphine veut témoigner sans tabou pour tous ceux et celles qui vivent une situation similaire à la sienne. Elle estime qu’un enfant ne devrait jamais être victime d’une relation difficile entre ses parents.

A la veille de la diffusion du documentaire réalisé par le journaliste flamand Chris Michel, Delphine de Saxe-Cobourg a accordé une interview exclusive à la journaliste Pascale Mertens (VRT NWS). En anglais - la langue dans laquelle elle se sent le plus à l’aise et celle qu’elle parle notamment avec son époux Jim O’Hare - la princesse décrit comment elle a vécu une existence d’enfant illégitime du roi Albert, les joies et les angoisses qu’elle a ressenties. C’est son point de vue uniquement, et celui de sa mère Sybille de Selys Longchamps (photo), qui est présenté au spectateur.

"Mon histoire est très universelle", expliquait Delphine à la journaliste. "En la partageant, je veux aider d’autres personnes qui se trouvent dans une situation similaire. J’ai un point de vue très fort à ce sujet, qui me tient à cœur : les enfants de devraient jamais être les victimes de problèmes que vivent leurs parents. Cela peut en effet être très destructeur pour ces enfants et leur futur".

© VRT

L’anorexie, un autre tabou levé

Bien qu’Albert - à l’époque encore prince, pendant le règne de son frère Baudouin - ait été très longtemps très présent dans la vie de sa maman, Delphine n’a su que tard (17 ans) qu’il était son père. Elle le considérait comme un très bon ami de sa mère, qui la rendait heureuse. Elle l’appréciait beaucoup. Mais elle ressentait aussi les tensions d’un secret gardé et de l’incertitude sur sa propre identité. Adolescente, Delphine a même souffert d’anorexie.

Je veux absolument raconter cela, pour que les jeunes qui sont confrontés à l’anorexie se sentent moins mal, moins seuls
Delphine

"Si je collabore à ce documentaire, c’est pour révéler "le vrai moi", sans tabou. L’anorexie en est souvent un, mais je veux absolument en parler afin que les jeunes qui en souffrent se sentent moins mal dans leur peau, moins seuls. Cela arrive, c’est lourd, c’est une épreuve très difficile à passer, mais on peut s’en sortir. On n’est pas extra-terrestre pour autant".

Delphine, avec ses parents "Sybille et Albert"
© VRT

Beaucoup d’émotions refont surface

Delphine de Saxe-Cobourg, elle-même maman de deux adolescents, raconte son histoire non pas à un journaliste mais aux téléspectateurs, face caméra. "J’ai trouvé que c’était une bonne idée de partager mon histoire directement avec le téléspectateur. C’est une histoire intime. Les gens qui écoutent ont l’impression que je leur parle à eux".

A la fin du documentaire, Delphine devient émotive lorsqu’elle parle de son père dans ses années plus récentes. Mais comment a évolué la relation entre père et fille depuis la reconnaissance officielle, après le test ADN exigé par le tribunal ? Après avoir d’abord déclaré - par avocats interposés - qu’il n’avait jamais été émotionnellement impliqué dans l’éducation de Delphine, le roi Albert a finalement ouvert la porte à la réconciliation en invitant sa fille au palais. Une rencontre qui les a tous deux rendus très heureux, témoignait le journaliste Chris Michel.

"Cela va bien entre nous", répond simplement Delphine, avec un sourire discret qui fait comprendre qu’elle ne souhaite pas en révéler davantage. Le documentaire pourrait-il avoir une influence sur leur relation ? "Je ne pense pas, parce que c’est un documentaire très positif", estime Delphine.

Le Palais a été mis au courant de la réalisation du documentaire et en a vu la version finale, récemment. La famille royale considère qu’il s’agit d’une initiative privée de la princesse, qui fait ses propres choix, comme elle l’a toujours fait jusqu’à présent.

Delphine de Saxe-Cobourg n’a pas de fonction officielle au sein de la famille royale, elle ne reçoit pas de dotation, ce qui lui donne davantage de liberté que la princesse Astrid et le prince Laurent. Le roi Philippe, leur frère, a reçu Delphine au palais peu après sa reconnaissance officielle et l’a déclarée bienvenue dans la famille. Elle était aussi invitée dans la tribune royale à la Fête Nationale du 21 juillet dernier.

Trois fragments de la série documentaire "Delphine: mon histoire".
Dans le premier, la princesse raconte comment sa mère lui a appris que le prince Albert était son père.

Chargement lecteur vidéo ...

Dans le deuxième fragment, Delphine évoque les vacances avec Albert. Tout le monde à bord du yacht savait qu'il était son père, seule elle l'ignorait.

Chargement lecteur vidéo ...

Dans le troisième fragment, Delphine se souvient du jour où les journalistes ont appris son existence.

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés