Vincent Van Peteghem propose une baisse temporaire de la TVA sur l'énergie de 21 à 6%

Le ministre des Finances, le CD&V Vincent Van Peteghem propose une baisse de la TVA sur l'énergie (gaz et électricité) pour soutenir les ménages face à des factures qui gonflent. La TVA passerait alors de 21 à 6% de manière temporaire.

Au micro de la VRT, Vincent Van Peteghem (CD&V) a indiqué mercredi soir qu'il va proposer au gouvernement fédéral différentes pistes pour rendre les factures énergétiques des ménages moins douloureuses. Et une de ces pistes serait un abaissement temporaire de 21 à 6% de la TVA, la mesure "la plus rapide et avec un impact considérable sur la facture des citoyens", selon lui. Cette mesure avait déjà été prise sous le gouvernement Di Rupo mais abrogée ensuite par le gouvernement Michel.

En octobre dernier, le fédéral s'était déjà mis d'accord sur une série de mesures pour faire face à la hausse des prix de l'énergie. Il a par exemple été décidé de prolonger l'attribution du tarif social gaz/électricité pour un public plus large (incluant exceptionnellement tous les bénéficiaires d'intervention majorée) au-delà de la fin 2021, jusque fin mars 2022, ce qui concerne environ un million de ménages. Une prime de 80 euros est ajoutée pour les bénéficiaires du tarif social. Depuis ce mois de janvier, les prélèvements fédéraux sur les factures d'énergie sont par ailleurs transformés en accises, qui ont été gelées. L'avantage de ces accises est de permettre une intervention du fédéral plus flexible sur les factures, qui permettra aussi d'agir à plus long terme.

En octobre, l'opposition (au fédéral) avait fustigé des mesures qui n'aident pas suffisamment, selon elle, la classe moyenne. Dans ses rangs, le PTB répète régulièrement être en faveur d'une TVA à 6% sur l'énergie, ce qu'il va remettre sur la table du parlement jeudi. Le PS, dans la majorité, a également à son programme une TVA rabaissée sur le gaz et l'électricité, comme cela avait été décidé (pour l'électricité) sous le gouvernement Di Rupo (2011-2014).

Chaque fois que la question d'une baisse de la TVA sur l'électricité refait surface, la question du coût d'une telle mesure est mise en avant. "Ça coûte cher, de l'ordre de 770 millions d'euros par an", avait affirmé à la mi-septembre le ministre Van Peteghem.

Un de ses effets secondaires fait aussi débat: l'impact d'une baisse pérenne de la facture sur l'indexation des salaires, qui en serait retardée, vu que le gaz et l'électricité sont repris dans l'indice santé.
 

Le PTB propose de voter la proposition avec une majorité alternative

Mercredi soir, le PTB a en tout cas tendu la main au ministre CD&V. "Maintenant que le CD&V se déclare partie prenante, il est temps de joindre les actes aux paroles. Nous tendons la main pour une majorité alternative. Dès demain, on peut voter cette proposition", indique le député Raoul Hedebouw, président de parti, via communiqué.

Le PS propose un chèque de 200 euros pour les ménages aux revenus moyens

De son côté, le PS demande qu'un chèque de 200 euros soit accordé aux ménages aux revenus moyens afin de les aider à payer leur facture énergétique, a expliqué jeudi le président Paul Magnette dans les colonnes de la Dernière Heure et sur les ondes de Bel-RTL.

Réagissant à la proposition du ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V), Paul Magnette s’est réjoui que "les choses bougent du côté flamand".

"Une telle mesure est facile à mettre en œuvre mais ce sont les ménages les plus riches qui en profitent le plus", a-t-il fait remarquer. Dans la formule de chèque qu'il propose, le PS exclut ceux-ci. "Les 10 ou 20% les plus riches n'ont pas forcément besoin de cette aide", a-t-il dit.
 

Les plus consultés