Les ports d'Anvers et de Zeebrugge ont enregistré des chiffres record

Les ports d'Anvers (photo) et de Zeebrugge, dont la fusion sera actée cette année à la suite du feu vert de l’Autorité belge de la concurrence, ont enregistré de meilleurs chiffres l’an dernier qu'en 2019 et 2020. Ils laissent donc la crise du coronavirus derrière eux. D’autre part, le problème des transmigrants passant par Zeebrugge a été nettement moins aigu en 2021.

Le port anversois affiche même des niveaux records. En 2021, il a traité 240 millions de tonnes de marchandises. "Le chiffre le plus élevé jamais atteint", soulignait le CEO Jacques Vandermeiren. Le trafic de conteneurs - l'activité la plus importante d'Anvers - est resté stable à 138 millions de tonnes. D'autres activités, telles que le fret conventionnel, ont connu une forte croissance.

Le port de Zeebrugge a également connu une embellie et a enregistré son meilleur résultat depuis 2010. Le total des transbordements a atteint 49,2 millions de tonnes.

Les autorités de la concurrence viennent de donner leur feu vert pour la fusion. La date de création du nouveau port Anvers-Bruges - qui doit devenir l'un des plus grands d'Europe - est fixée au 22 avril. Jacques Vandermeiren en sera le directeur général. L'actuel patron du port de Zeebrugge, Tom Hautekiet, deviendra directeur commercial. Le président du port fusionné sera l'échevine en charge du port d'Anvers, Annick De Ridder.

Malgré les bonnes perspectives, la congestion mondiale inquiète particulièrement les ports. Jacques Vandermeiren regarde la Chine avec inquiétude, où de nouvelles mesures strictes contre le variant Omicron menacent de bloquer à nouveau les conteneurs. "Ce serait dramatique", prévient le CEO. Cela signifierait à nouveau moins de conteneurs et de navires disponibles, une hausse des prix et de nouveaux problèmes d'approvisionnement. "Ce ne sera pas une année facile", craint Vandermeiren.

80% de transmigrants en moins

L'an dernier, 80% de transmigrants en moins sont passés par le port de Zeebrugge par rapport à l'année 2020, rapportait aussi ce vendredi le CEO du port Tom Hautekiet, lors de la présentation des chiffres annuels du port.

Le port de Zeebrugge a fait de gros efforts au cours de l'année écoulée pour limiter la transmigration. Le port a notamment réalisé des travaux d'infrastructure supplémentaires pour être davantage sécurisé. Résultat : 80% de transmigrants en moins ont été interpellés dans la zone portuaire en 2021 par rapport à l'année précédente.

"L'incident tragique avec le conteneur frigorifique dans le Essex qui a tué de nombreuses personnes a eu un impact sur cette problématique. S'il y a une chose qui m'empêche de dormir la nuit, c'est cela. Ma plus grande crainte est que je reçoive un appel téléphonique à propos de personnes qui seraient enfermées dans un conteneur dans le port", explique le CEO Tom Hautekiet.

Le port continuera d'investir dans la sécurité à l'avenir. "Nous construisons une salle de contrôle centrale où toutes les images des caméras de la zone portuaire sont rassemblées. L'intelligence artificielle est également utilisée pour rendre le port de Zeebrugge aussi peu attrayant que possible pour effectuer la traversée", concluait Hautekiet.

Les plus consultés