Chargement lecteur vidéo ...

La Flandre en deuil après la mort du petit Dean : "Il y a encore beaucoup d'humanité dans le monde"

Une veillée a été organisée mercredi soir à Saint-Nicolas pour rendre hommage au petit Dean, 4 ans, retrouvé mort en Zélande dans la nuit de mardi. La mère de la jeune victime, Elke Verberckmoes, était également présente. "Je reçois beaucoup de soutien de la part des gens, également de la part de personnes que je ne connais pas", témoigne-t-elle. "Il y a encore beaucoup d'humanité dans le monde."

De nombreuses personnes étaient présentes sur la Grand-Place de Saint-Nicolas (Flandre orientale), pour y allumer des bougies et déposer des fleurs et des peluches. Saïna Van den Hende, une habitante de la ville, est à l'initiative de ce rassemblement. "Ce doit être l'enfer pour cette mère", explique-t-elle au micro de la VRT. "Je remarque qu'à Saint-Nicolas, il y a beaucoup de sympathie. J’ai voulu rassembler cette solidarité."

 "Nous essayons de soutenir les parents", déclare pour sa part Giannina Steeman, une participante à la veillée. "Les parents et la famille ont le droit de savoir exactement ce qui s'est passé."

"Ce soutien fait du bien"

Elke Verberckmoes, la mère du petit Dean, s'est également rendue à la veillée. "Je ne m'en rendrai compte de ce qui est arrivé que lorsqu'il rentrera à la maison et que je pourrai lui donner un dernier câlin", témoigne-t-elle les yeux pleines de larmes.

"Cela a été une montagne russe d'émotions", poursuit-elle. "Je reçois beaucoup de soutien de la part des gens, même de personnes que je ne connais pas et qui viennent me réconforter. Ce soutien fait du bien. Il y a encore beaucoup d'humanité dans le monde. C'est bon de savoir qu'il y a encore tant de gens qui ont un cœur pour leur prochain".

Une compassion venue de toute la Flandre

Elke Verberckmoes reçoit aussi énormément de soutien via les réseaux sociaux. Selon Lies Scaut, spécialiste du deuil, il est normal qu'en tant que société nous voulions vivre et partager le chagrin de la mère, qui n'est en fait pas notre chagrin.

"Nous avons commencé à suivre l'histoire 24 heures avant que Dean ne soit retrouvé", explique Lies Scaut au journal de la VRT. "Tout le monde continuait à espérer que Dean serait retrouvé vivant. Lorsque la dure nouvelle arrive, les gens compatissent et veulent faire quelque chose." 

"Un décès confrontant pour tous les parents"

La triste histoire de Dean fait également réfléchir de nombreux parents sur la vulnérabilité de leurs propres enfants. "Les parents qui ont déjà perdu un enfant se retrouvent pris dans leur propre histoire de perte et peuvent très bien imaginer ce que la maman de Dean traverse maintenant", explique la spécialiste. Mais cela peut également être difficile pour les parents qui ont encore leurs enfants sains et saufs avec eux. "Je pense que beaucoup de parents ont réalisé que cela pouvait leur arriver à eux aussi. Vous essayez toujours de protéger vos enfants autant que possible. C'est très confrontant quand vous réalisez que ces choses peuvent arriver".

Lies Scaut souligne enfin que la famille de Dean aura surtout besoin de personnes qui continueront d’être là des semaines et des mois plus tard. "Les gens offrent surtout beaucoup de soutien au début, mais après environ trois mois, la vie continue. C'est là que tout commence vraiment pour la personne en deuil. C'est là qu’elle aura le plus besoin des autres", conclut-elle.

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés