Belpress.com

L'industriel Jacques Boël est décédé, il aura été durant 50 ans le père légal de Delphine Boël

L'industriel Jacques Boël est décédé à l’âge de 92 ans. Il était extrêmement fortuné, mais il est surtout connu comme l'homme qui aura été, durant 50 ans, le père légal de Delphine - aujourd'hui de Saxe-Cobourg- princesse de Belgique. Selon certaines informations, Delphine et lui n'avaient plus beaucoup de relations. Homme discret et bien qu'il ait toujours essayé d'éviter le scandale, il fut amené à s'exprimer publiquement lorsque celle-ci contesta sa paternité dans le but de prouver qu'elle était bien la fille légitime d'Albert II.

Jacques Boël est un descendant de la riche famille Boël, dont l'histoire commence en 1880. A cette époque, Gustave Boël est le comptable d'Ernest Boucquéau, propriétaire d'une usine sidérurgique à La Louvière mais qui n’a pas d’enfant. À sa mort, il laisse tout à Boël. C'est la base de la fortune de la famille, bien qu'elle ait investi également dans d'autres entreprises, comme le groupe de distribution Colruyt et des entreprises numériques comme Zalando et Amazon.

Né le 31 mars 1929, Jacques Boël fait partie de la quatrième génération de la famille. Après des études d'ingénieur civil, il suivra le chemin familial.

La fortune de la famille est considérable : elle est estimée à près de 3 milliards d'euros. Cela place Jacques Boël en dixième position dans la liste des Belges les plus riches. Jacques Boël lui-même a été un temps à la tête de l'usine sidérurgique "Usines Gustave Boël" et est devenu plus tard administrateur de l'Union financière Boël et de la Société de participations industrielles, entre autres. 

Homme discret, on sait finalement peu de choses sur lui. Au dire de tous, il était un amateur d'art moderne et aimait la chasse et le bon vin.
 

Sybille de Selys Longchamps et Jacques Boël lors de leur mariage (photo issue du documentaire)

Le père légal de Delphine

La plupart des gens connaissent Jacques Boël surtout comme celui qui, pendant 50 ans, aura été le père légal de Delphine - aujourd'hui princesse de Belgique. L'homme avait épousé la baronne Sybille de Selys Longchamps, de 12 ans sa cadette, au début des années 1960.

Mais le mariage n'est pas une réussite, comme en a témoigné Sybille de Selys Longchamps elle-même. "Pendant sa lune de miel, elle savait déjà que c'était un flop", a récemment déclaré sa fille Delphine dans le documentaire "Delphine: mijn verhaal". "J'ai eu une vie très difficile avec lui", a déclaré la baronne elle-même. Ils n'ont pas divorcé, mais peu de temps après le mariage, ils vivaient déjà séparés l'un de l'autre.

Sybille de Selys Longchamps a alors entamé une liaison avec le roi – à l’époque encore prince - Albert. Et en 1967, elle est tombée enceinte. "Elle a tout de suite su que c'était un enfant d'Albert, car elle vivait séparée de Jacques Boël depuis longtemps", raconte Delphine. "Mais elle savait aussi que cela causerait beaucoup de problèmes. À un moment donné, elle s’est saoulée et a fait boire Boël aussi. Elle lui a fait l'amour, pour pouvoir dire plus tard que c'était bien son enfant. Cela a dû être très dur pour elle", c'est ce qu'a déclaré Delphine.

D'autres sources affirment que Jacques Boël savait très bien, dès le départ, que Delphine n'était pas sa fille, mais qu'il l'a reconnue. En tout cas, cette histoire s'inscrit dans une autre longue tradition de la famille Boël : la discrétion. 

"Cette famille a toujours entretenu de bons contacts avec la famille royale, ce qui a constitué une porte d'entrée vers le succès commercial", a déclaré le journaliste financier Ludwig Verduyn à la rédaction de la VRT il y a deux ans.

 "Afin de ne pas compromettre ses relations d'affaires, Jacques Boël a couvert cela du manteau de l'amour en reconnaissant Delphine comme sa fille."

Delphine elle-même n'a jamais eu beaucoup de relation avec Jacques, dit-elle dans le documentaire. "Je l'appelais papa, parce que tout le monde disait que je devais le faire, mais je trouvais cela difficile. Quand j'étais avec lui, j'étais en cuisine et c’est son personnel qui s'occupait de moi. Si je devais aller le voir, je me cachais, mais ma mère me poussait dans sa voiture en me disant que c'était la loi."

Sybille de Selys Longchamps
© VRT

"Delphine déshéritée ?"

Le contact entre les deux se dilue et en 1999 lorsque le scandale éclate. Bien que Jacques Boël ait toujours cherché à l’éviter, une phrase dans une biographie révèle que Delphine n'est pas la fille de Jacques, mais plutôt du roi Albert. Le fait que Delphine ait par la suite également entamé une procédure judiciaire, afin que le Roi Albert la reconnaisse comme sa fille, n'a pas du tout plu à Boël. Comme on l'a dit, la discrétion était le mot d’ordre dans sa famille.

Mais lorsque Le Soir Magazine écrit en 2013 que Delphine est la "seule héritière" de la famille Boël, la discrétion n'est plus de mise. Delphine elle-même exige un droit de réponse. Ce n'est pas vrai, dit-elle. 

"Il a tout fait pour que je n'hérite de rien. Je ne suis pas et ne serai pas une héritière de la famille Boël." Bien que cette déclaration ait été mise en doute à l'époque. "Tant que Jacques était le père légal de Delphine, il ne pouvait pas la déshériter complètement", ont déclaré les experts. Bien que le journaliste Ludwig Verduyn pense également que Jacques aurait de toute façon fait tout ce qui était en son pouvoir pour que la fortune familiale ne revienne jamais à Delphine. Après tout, elle n'était pas une "vraie" Boël.

Ce qui a suivi, tout le monde le sait à présent. Après une longue procédure judiciaire, Delphine a été reconnue comme la fille du Roi Albert.
 

Les plus consultés