Colruyt Group

Colruyt construit une ferme aquacole au large de Nieuport pour cultiver des moules, la commune en référé 

Le groupe belge de grande distribution Colruyt a lancé ce dimanche la phase préparatoire pour l’aménagement de la ferme aquacole Westdiep au large de la côte de Nieuport, en Flandre occidentale. Il veut en effet y cultiver des moules belges. Autour de la zone d’élevage, un périmètre de sécurité a été délimité avec de grosses bouées. "Nous voulons récolter à l’été 2023 les premières moules belges que nous aurons cultivées", précisait Jeroen Theys qui dirige le projet de mytiliculture. Mais ce lundi, la ville de Nieuport qui s'oppose à l'emplacement prévu pour la ferme, a entamé une procédure en référé. 

Ces dimanche et lundi de grosses bouées (photo principale) étaient ancrées au large de la plage de Nieuport pour délimiter la zone réservée à la culture de moules dans la ferme aquacole Westdiep du groupe Colruyt. Ces bouées sont importantes pour marquer la zone géographique de culture dans la mer du Nord, pour guider les bateaux qui circulent au large de Nieuport.

"A 6h ce matin, le premier bateau avec des bouées a quitté la plage et tout s’est bien passé ce dimanche", indiquait le chef du projet, Jeroen Theys, à Radio 2. "Au total, nous devons ancrer 16 bouées autour de la ferme aquacole". Il s’agira de la première ferme en mer commerciale pour la Belgique. La zone délimitée fait un kilomètre carré.

Des moules suspendues, du terroir

"Il y a deux façons de cultiver des moules : soit au sol, soit suspendues. Dans le premier type de culture, les moules poussent sur le fond de la mer. Mais quand on les récolte, on dérange le fond de l’océan et il y a davantage de sable qui se glisse dans les moules", précise Jeroen Theys. "Avec la culture suspendue, les moules sont souvent un peu plus propres et on ne touche pas au fond de la mer. Début février, des lignes seront tirées entre les bouées endéans la zone de culture. Nous commencerons avec 10 à 50 "longlines", auxquelles les moules pourront s’accrocher. Il faudra entre 12 et 18 mois avant que le projet soit entièrement performant. La première grande récolte commerciale ne pourra donc avoir lieu que dès l’été 2023".

"En tant que groupe Colruyt, nous trouvons important d’investir dans une aquaculture saine dans notre pays. Quelque 70% de tous les produits de la mer sont actuellement importés de régions hors de l’Europe, alors que nous pourrions en faire nous-mêmes la culture. C’est pourquoi nous travaillons autant que possible avec des entreprises belges. Cela permet aussi de créer des emplois dans notre pays", souligne le chef du projet de mytiliculture.

Avec la culture de moules, Colruyt veut aussi une approche écologique. "Nous sommes convaincus que les moules permettent avantageusement de remplacer les protéines : elles poussent de façon naturelle et ne prennent pas tellement de place dans la mer".

Colruyt Group

Cultiver en mer du Nord engendre néanmoins une série de défis. "Il y a beaucoup de vagues et des courants forts. On cultive en général les moules suspendues dans des eaux plus calmes. C’est la raison pour laquelle nous avons fait de nombreuses recherches, en collaboration avec l’Université de Gand. Nous avons ainsi élaboré un projet spécifique de moules suspendues, qui puisse résister aux courants et à la force des marées".

"Nous avons pris beaucoup de temps pour réaliser le dessin de la façon dont les moules doivent être suspendues et attachées, afin que leur culture puisse résister à la mer du Nord", concluait Jeroen Theys.

Copyright (c) 2017 Khadi Ganiev/Shutterstock. No use without permission.

Nieuport lance une procédure en référé

On apprenait ce lundi en fin d'après-midi que la ville de Nieuport (Flandre occidentale) a entamé une procédure en référé contre la ferme aquacole de Colruyt, alors que débutent les travaux de construction. Le groupe Colruyt souhaiteà terme y cultiver des algues marines, des moules et des huîtres. La ville avait déjà entamé une procédure contre le projet de ferme marine auprès du Conseil d'État auparavant.

L'ex-ministre en charge de la Mer du Nord Philippe De Backer avait, en septembre 2020, approuvé le permis de la ferme aquacole, qui prévoit une surface de 4,54 kilomètres carrés située à 4,5 kilomètres de Nieuport. Mais la ville s'y était opposée, estimant que cette zone chevauche une voie maritime et que le projet gênerait donc les bateaux de pêche et de plaisance. Elle avait ainsi saisi le Conseil d'État pour contester la concession et le permis d'environnement.

Ce dernier n'a pas encore rendu sa décision, mais les travaux de la ferme marine ont commencé. "C'est à n'y rien comprendre", a regretté le bourgmestre Geert Vanden Broucke. "Ils doivent attendre la décision du Conseil d'État. Ils ne nous écoutent pas. Il y a d'autres emplacements possibles pour cette ferme aquacole, mais Colruyt ne veut rien entendre. C'est pourquoi nous allons au tribunal en référé. Je me battrai pour chaque mètre carré de notre côte".

Le port de plaisance de Nieuport
Nieuwpoort

Les plus consultés