Chargement lecteur vidéo ...

Menace russe à la frontière ukrainienne : les unités belges "en état de préparation maximale"

La menace russe à la frontière ukrainienne "nous inquiète beaucoup et nous touche politiquement, diplomatiquement, mais aussi militairement", laisse entendre l'amiral Michel Hofman, chef de la Défense belge, dans des entretiens publiés lundi dans La Libre Belgique, Le Soir et La Dernière Heure. "Dans nos processus normaux et dans nos activités normales, l'état de préparation de nos unités, cette menace retient particulièrement notre attention", explique-t-il. De son côté, le ministère des Affaires étrangères a fait savoir qu'une évacuation du personnel diplomatique belge présent en Ukraine n'est actuellement pas à l'ordre du jour. 

"La crise entre la Russie et l'Ukraine est de plus en plus tangible un peu partout. En mer du Nord, en 2021, on a observé une augmentation de 30 % de passages de navires russes. (...) Ça nous touche politiquement, diplomatiquement et militairement. Du niveau stratégique au niveau tactique, c'est une donne dont on tient compte à différents niveaux", affirme-t-il.

La situation géopolitique "nous ramène dans un contexte où la défense collective n'est pas uniquement un concept de l'Otan. On doit en tenir compte au jour le jour dans notre organisation", poursuit-il.

Michel Hofman assure toutefois que "ce n'est pas parce que les Russes, demain, décident d'envahir l'Ukraine que, automatiquement, on va se déployer. Il y a un processus décisionnel à respecter, y compris en Belgique. Nous, nous veillons à ce que les unités que nous avons proposées aux différentes forces de l'Otan soient dans un état de préparation maximale".

"Plutôt que de suivre un planning où on sait qu'on va prendre part à une opération de l'Otan ou d'une coalition, l'incertitude est telle qu'il faut se préparer aux missions de défense collective. Ça veut dire que ce sont des situations de haute intensité ou de conflit. Il faut disposer d'unités complètes en personnel, qu'on ait les équipements et les entraînements suffisants, qu'on puisse tenir dans la durée, qu'on puisse communiquer et se déplacer. Tout ça doit être assimilé. On doit en tenir compte dans la transformation actuelle de la Défense. On se prépare à nouveau à intervenir dans un conflit entre deux adversaires", détaille l'amiral.

Pas de rappel du personnel diplomatique

Une évacuation du personnel diplomatique belge présent en Ukraine n'est actuellement pas à l'ordre du jour, a indiqué lundi le ministère des Affaires étrangères. L'ambassade est limitée à du personnel essentiel: trois expatriés se trouvent à Kiev. 

Pour le moment, ils y restent. "C'est important que nous restions en contact avec les autorités et les Belges sur place".  Le "centre de crise" des Affaires étrangères et la Défense analysent en permanence la situation sur place, alors que l'attroupement de militaires russes aux frontières de l'Ukraine inquiète.  

La ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès discute ce lundi avec ses homologues européens de la situation en matière de sécurité. Le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, participera à la discussion informelle par vidéoconférence.  

Les Etats-Unis ont justement décidé dimanche de faire quitter l'Ukraine aux familles de leurs diplomates, face à la menace d'une invasion russe qui "pourrait se produire à tout instant", selon une responsable américaine. Lundi, il est apparu que le Royaume-Uni rappelle également du personnel de son ambassade.

Les plus consultés