James Arthur Photography

Les écoles demandent que la quarantaine soit limitée aux enfants avec symptômes

Le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts se réunissait ce mardi avec les différents partenaires du secteur et des experts, à la veille d’une réunion des ministres de la Santé du pays. Le secteur en Flandre réclame un assouplissement des règles de quarantaine, afin que celle-ci ne s’applique plus qu’aux élèves qui sont contaminés au coronavirus ou qui ont des symptômes. La Conférence interministérielle (CIM) Santé devra trancher ce mercredi, mais le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, a déjà préconisé un assouplissement temporaire des règles de quarantaine pour réduire le nombre d'absents dans l'enseignement obligatoire. Il propose que les enfants ayant eu un contact à haut risque dans leur milieu familial ne se mettent plus d'office en quarantaine. De leur côté, les écoles flamandes entendent aussi autoriser à nouveau les voyages scolaires de plus d’un jour, dès le 29 janvier.

D’après la proposition du ministre fédéral de la Santé Vandenbroucke, les enfants qui ont eu un contact à haut risque mais ne présentent pas de symptômes seraient autorisés à aller à l'école, uniquement. Pour les autres activités, ils seraient en effet toujours tenus d'observer une quarantaine. Tous les enfants contaminés au Covid, qu'ils soient symptomatiques ou non, sont eux toujours tenus de rester à la maison pour éviter de nouvelles contaminations.

Dans sa note préparatoire, Frank Vandenbroucke se dit conscient que l’absence de mise en quarantaine des enfants ayant eu un contact à haut rapproché en milieu familial risque de faire augmenter le nombre de contaminations. Mais "pour y remédier autant que possible, nous suggérons de demander aux enseignants et aux élèves de se faire tester systématiquement au moyen d'un autotest", ajoute le ministre fédéral. "Cette politique pourrait être davantage soutenue, par exemple, en prévoyant via les écoles au moins un autotest gratuit par enfant/enseignant, et ce, pour un certain nombre de semaines", ajoute le ministre, sans dire toutefois qui financerait la mesure.

Supprimer aussi le tracing ?

Sous l'effet de la propagation du variant Omicron, le nombre d'absents, auprès des élèves comme des enseignants, a atteint des niveaux records la semaine dernière. Dans sa note préparatoire à la Conférence interministérielle, le ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts (N-VA) demande, lui, d'aller plus loin encore, en supprimant non seulement l'obligation de quarantaine pour les cas contacts mais aussi le tracing. Face à la vague Omicron, Ben Weyts constate que le suivi des contacts est devenu impossible et que les écoles, en appliquant les règles actuelles, ne peuvent plus fonctionner.

Le cabinet Weyts préconise plutôt de se concentrer à présent dans les écoles sur la bonne ventilation des classes, le respect des "bulles" de contacts, le port du masque et le maintien des distances de sécurité. Hormis les cas positifs, seuls les enfants présentant des symptômes du Covid seraient tenus de rester à la maison, conclut cette note.

Des excursions scolaires de plusieurs jours ?

Au cours de la réunion des partenaires de l’enseignement néerlandophone, ce mardi avec le ministre Weyts, il a aussi déjà été décidé que les excursions de plusieurs jours seraient à nouveau autorisées dans les écoles flamandes dès le 29 janvier. "Il serait absurde que les enfants puissent faire une sortie avec les scouts, mais ne soient pas autorisés à partir en voyage scolaire", expliquait Ben Weyts (photo). "En plus, les voyages scolaires sont pour certains enfants la seule possibilité de voyager".

Dans l’enseignement néerlandophone, les enseignants malades n’auront plus besoin que d’un certificat de leur médecin pour annoncer leur absence. Normalement, les enseignants doivent aussi faire remplir une attestation supplémentaire par le généraliste. Mais ceux-ci demandent d’en être dispensés, par manque de temps en cette période de nombreuses contaminations.

Un baromètre pour l’enseignement

Les partenaires de l’enseignement néerlandophone se sont aussi penchés pour la première fois sur un projet de baromètre corona spécifique à leur secteur. L’enseignement - matière communautaire -, n’est en effet pas régi par le baromètre fédéral présenté vendredi après le Comité de concertation.

Le projet de baromètre du ministre Weyts prévoit ainsi trois niveaux, de couleurs jaune, orange et rouge. Un paquet de mesures de base est prévu pour chacun des niveaux - comme la ventilation, le maintien des distances sociales, etc.

"Dans l’enseignement, nous avons d’ailleurs déjà travaillé avec un baromètre en 2020", rappelle Ben Weyts. "Nous avions différentes couleurs. Nous avons alors fait l’expérience des limitations de pareil système. Avec le nouveau baromètre, nous voulons avant tout simplifier les règles, ce qui est important pour les directions et les enseignants. Nous espérons voir ainsi davantage de stabilité et de prévisibilité, bien que le virus rester toujours imprévisible", concluait le ministre flamand au micro de VRT NWS.

Les plus consultés