Bpost vend les magasins Press Shop et Relay au groupe de jeux et de paris Golden Palace

Le groupe bpost a annoncé mercredi, par communiqué, qu'une convention de reprise d'Ubiway Retail et ses 170 librairies avait été signée, fin décembre, avec le Groupe Golden Palace. La transaction ne sera finalisée que le mois prochain, mais elle fait déjà l'objet de critiques. La professeure de psychiatrie Frieda Matthys (VUB), qui est membre de la commission des jeux de hasard, pense qu'il serait opportun de limiter les possibilités de jeux de hasard dans les librairies par une nouvelle loi.

Bpost, Ubiway et Golden Palace ont en effet conclu un accord portant sur la vente de 100% des actions d'Ubiway Retail, le réseau intégré de vente au détail exploitant les marques Press Shop, Hubiz, Ubi et Relay, à Golden Palace.

"Les activités d'Ubiway Retail n'étaient plus au cœur de la stratégie de bpost étant donné que le groupe bpost se concentre sur l'accélération de sa transformation en un acteur international de la logistique pour l'e-commerce", détaille bpost par communiqué.

"Cette acquisition représente une belle opportunité d'investissement et de diversification pour Golden Palace", souligne pour sa part Golden Palace. L'acquisition cadre avec la "politique de diversification, l'activité des paris sportifs offerte dans les magasins étant marginale. Nous sommes par ailleurs partisans de vouloir renforcer la législation des paris sportifs afin de mieux canaliser et protéger les joueurs", a souligné Massimo Menegalli, CEO du groupe Golden Palace.

La clôture de la transaction, dont les détails financiers n'ont pas été divulgués, devrait avoir lieu à la fin du mois de février 2022.

Actif en Belgique depuis 1920 avec aujourd'hui un effectif de 100 ETP, Ubiway Retail exploite plus de 170 points de ventes avec l'aide de plus de 130 indépendants sous les enseignes Press-Shop, Relay, Ubi et Hubiz.

Le groupe belge Golden Palace, qui totalisait un effectif de près de 440 ETP en 2021, est spécialisé dans le domaine des salles de jeux avec 45 licences de jeux en Belgique (Flandre, Bruxelles et Wallonie) et plusieurs licences de paris sportifs.
 

Nombreuses critiques

La transaction a été critiquée par de nombreux responsables politiques. Le commissaire du gouvernement au Covid-19 Pedro Facon, qui était directeur général du SPF Santé publique dans une vie antérieure, a souligné les dangers de la dépendance aux jeux d'argent dans un tweet.

Le ministre flamand de la jeunesse Benjamin Dalle (CD&V) a également des réserves et pense que "la vente des magasins de journaux à une société de jeux de hasard n'est pas une bonne idée, précisément au moment où nous voulons nous attaquer plus fermement à la dépendance au jeu".

"Je n'ai jamais pensé que cette décision serait prise aussi rapidement sans que le gouvernement, les politiques et le conseil d'administration ne se posent de sérieuses questions", a déclaré l'économiste Geert Noels dans "De wereld vandaag", sur Radio 1. Selon lui, le Golden Palace compte désormais 170 points de vente supplémentaires où les réglementations sont moins strictes. "Ils veulent contourner la réglementation gouvernementale en achetant un actif à ce même gouvernement.

"Bpost est une entreprise publique autonome et la décision a été prise par son conseil d'administration, mais cela ne change rien au fait que d'un point de vue éthique, c'est une décision qui a un goût amer", a répondu la ministre des Entreprises publiques Petra De Sutter (Groen). "Je regrette le choix de bpost de se vendre sur le marché des jeux. Cette vente ne contribue pas à l'objectif du gouvernement de s'attaquer à la dépendance aux jeux d'argent". Geert Noels fait remarquer que le conseil d'administration de bpost comprend des représentants du gouvernement et qu'ils ont des pouvoirs.

"La législation doit être plus stricte sur ce qui est possible dans un magasin de journaux", estime la professeure de psychiatrie Frieda Matthys Matthijs. Elle pense que ce dossier finira sur la table du ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD).
 

Les plus consultés