Pour la première fois depuis 1983 Anvers grandit : Borsbeek deviendra son 10e district

La commune de Borsbeek et la ville d'Anvers ont commencé à discuter les modalités d'une fusion, annonçaient ce vendredi le bourgmestre anversois Bart De Wever (N-VA) et son collègue Dis Van Berckelaer (Iedereen Borsbeek). Borsbeek devrait ainsi devenir, à partir de 2025, le dixième district d'Anvers et conserverait cependant une partie de son autonomie.

Les rumeurs sur une éventuelle fusion autour de la ville portuaire - la première depuis 1983 - allaient bon train depuis un certain temps. Ce vendredi, les bourgmestres respectifs les ont confirmées: Borsbeek, avec ses 11.000 habitants, deviendra un nouveau district de la métropole. Les collèges échevinaux ont entamé des discussions préparatoires, qui devraient durer deux ans.

La décision de fusion sera présentée le 31 décembre 2023 aux conseils communaux de Borsbeek et Anvers, précisait le bourgmestre Van Berckelaer.

Pourquoi une fusion?

Un district est un secteur de commune qui garde sa propre administration (conseil de district) et son bourgmestre, mais possède moins de compétences qu’une commune indépendante. Les districts d’Anvers ont vu le jour en 1983, dans le prolongement de la vague de fusions de communes qui avait eu lieu en Belgique dans les années 1970. Les districts étaient auparavant des communes autonomes.

Pourquoi cette fusion ? Borsbeek éprouve des difficultés financières à rester indépendante et avait mené ces derniers temps des discussions avec ses communes voisines. Mais aucune d’entre elles ne voulait de fusion, à part Anvers.

Au terme de discussions avec l’administration anversoise, des négociations officielles seront maintenant entamées pour faire de Borsbeek un nouveau district de la ville portuaire. La fusion permettra à Anvers d’obtenir un soutien financier de 50 millions d’euros, sous forme de reprise de dettes.

Le bourgmestre Bart De Wever parle d’une "étape historique", tout en se rendant compte que les habitants de Borsbeek sont très sceptiques. "Nous n’avons pas encore gagné les cœurs et les esprits de nos voisins. Beaucoup de citoyens craignent de disparaitre dans la grande ville, alors qu’ils pourront rester eux-mêmes en tant que commune rattachée".

Les deux bourgmestres estiment qu’il ne faudra pas considérer que Borsbeek est un village à côté d’une ville, mais un village dans une grande ville. "Je pense que la ville est notre avenir. C’est donc un choix positif. Les habitants de Borsbeek ne peuvent y perdre”, lançait De Wever.

Les plus consultés