Chargement lecteur vidéo ...

Les pharmaciens pourront bientôt administrer le vaccin contre le Covid

La Commission de la Santé de la Chambre a donné ce mardi son feu vert à un projet de loi porté par le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit). Les pharmaciens seront ainsi autorisés à administrer des vaccins contre le Covid-19.

Le projet de loi stipule que les pharmaciens en officine pourront prescrire et administrer des vaccins contre le coronavirus, suivant ainsi une recommandation de la Task Force Vaccination déjà formulée l'année dernière.

Le projet réglemente uniquement la vaccination des patients adultes et contre le Covid-19. Il n'est pas prévu d'étendre le dispositif à d'autres vaccins, comme celui contre la grippe. Le texte n'a également rien à voir avec une éventuelle suppression progressive des centres de vaccination, a précisé Frank Vandenbroucke. Ce point doit encore être discuté au sein de la Task Force et en conférence interministérielle.

Les pharmaciens recevront un remboursement correct pour l'administration des vaccins, mais cet élément est encore en discussion avec les entités fédérées, a ajouté le ministre.

Interviewée ce mardi dans l’émission "De ochtend" sur Radio 1 (VRT), la députée Kathleen Depoorter (N-VA), elle-même pharmacienne, indiquait que quelque 4.000 pharmaciens auraient déjà suivi la formation pour pouvoir vacciner. Elle dure huit heures et doit être rafraichie tous les 3 ans. Selon Depoorter, les pharmaciens ainsi formés sont capables de sauver un patient qui ferait une réaction allergique au vaccin. "Ils sont formés pour donner de l’adrénaline et peuvent faire appel à une ambulance".

D’après la députée N-VA, 1.200 pharmacies en Flandre veulent participer au projet de vaccination contre le Covid-19. Elle souligne néanmoins que "le vaccin ne peut être administré entre l’aspirine et le Dafalgan". Il faut que les pharmaciens prévoient un espace et du personnel pour donner le vaccin. "Si ce n’est pas possible, ils doivent vacciner après leurs heures d’ouverture".

Des critiques

Divers syndicats et associations de médecins estiment que les pharmaciens ne devraient pas être autorisés à effectuer des actes médicaux. Ainsi, l'Association belge des syndicats médicaux (Absym) s'oppose à la vaccination par les pharmaciens car, à ses yeux, la vaccination ne peut normalement être effectuée que par des médecins ou des infirmières. Selon Frank Vandenbroucke, il n'y a pas de concurrence entre les deux professions. "Dans d'autres pays, on voit que cela conduit à une augmentation des taux de vaccination, et les généralistes administrent aussi plus de vaccins."

L’association flamande des généralistes Domus Medica estime aussi qu’un aspect financier entre en jeu. "Ce n’est pas sûr et en plus les pharmaciens veulent avant tout participer pour des raisons financières, puisqu’ils seront rémunérés pour cette prestation", déclarait Roel Van Giel. Il estime que 8 heures de formation n’est rien à côté de 9 ans d’études pour les médecins et que ces derniers suivent depuis plus d’un an les vaccinations contre le Covid et peuvent ainsi mieux reconnaitre les effets secondaires.

Roel Van Giel prône avant tout une plus grande collaboration et complémentarité entre le personnel soignant, les médecins et les pharmaciens.

Les plus consultés