Nicolas Maeterlinck

Pas d'accord de la députation permanente du Brabant flamand sur la centrale de Vilvorde

La députation permanente du Brabant flamand n'a pas trouvé d'accord en son sein sur la demande de permis déposée par le groupe Engie pour la construction d'une nouvelle centrale au gaz à Vilvorde, a-t-elle annoncé jeudi.

La décision définitive reviendra donc à la ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA) - qui s'est jusqu'à présent opposée à ce projet en s'appuyant sur des décisions négatives initiales de la province.

Le projet porte sur la construction d'une centrale au gaz de 850 mégawatts, destinée à compenser la fermeture de réacteurs nucléaires à Tihange et Doel.
Engie a soumis une nouvelle demande de permis, que la députation permanente a examiné jeudi matin après avoir reçu des avis positifs de certaines instances, comme celui de la commission provinciale des autorisations en matière d'environnement (POVC) du Brabant flamand.

Mais certains députés provinciaux ont émis des doutes sur les aspects techniques du dossier et aucun accord n'a été trouvé. Les députés Ann Schevenels (Open Vld) et Tom Dehaene (CD&V) ont voté en faveur de l'octroi du permis alors que deux N-VA, Bart Nevens et Gunther Coppens, ont voté contre.
Cette situation équivaut à un refus. Engie a désormais la possibilité d'aller en appel auprès du gouvernement flamand et en particulier auprès de la ministre de l'Environnement.

En novembre dernier, Mme Demir avait refusé l'octroi du permis pour cette centrale au gaz, retenue dans le cadre des enchères du Mécanisme de Rémunération de Capacité (CRM) au motif de la pollution qu'elle provoquerait.
Un argument à nouveau invoqué jeudi par M. Coppens, en parlant des émissions d'ammoniac à propos desquelles il a affirmé "ne pas être convaincu" par le dossier technique.
 

Les plus consultés