Des propos dénigrants envers "les Marocains" suscitent l’indignation à l’Université d’Anvers

Une professeure et une assistante de l’Université d’Anvers ont été filmées sans le savoir alors qu’elles tenaient des propos déplacés sur "les Marocains". Les images font depuis le tour des réseaux sociaux, suscitant au passage une vague d’indignation. Le recteur de l’université, Herman Van Goethem, qualifie ces déclarations de totalement inacceptables. L'administration examine désormais l'affaire plus en détail afin de prendre d'éventuelles mesures de sanctions.

Les images datent du 24 mai et ont été enregistrées par une caméra dans un auditoire vide, juste après un examen pratique en pharmacie. Au moment de la conversation, la professeure et l'assistante n’avaient manifestement pas réalisé que la caméra, installée dans le cadre de l'examen, était toujours en train d’enregistrer.

Durant leur discussion, les deux femmes - toutes deux rattachées au département de biologie de la faculté des sciences – ont fait certaines déclarations sur les étudiants marocains, évoquant notamment leur "mauvais néerlandais". "Ce que je ne comprends pas, c'est qu'ils sont tous nés ici, n'est-ce pas ?", peut-on entendre dans l'un des fragments. "Leur accent et leur prononciation... Je pense qu'ils trouvent ça génial de cultiver leur propre langue."

Plus loin dans la conversation, les deux femmes parlent aussi des juifs orthodoxes. "C'est une communauté fermée sur soi-même. Ils ne causent donc pas de désagrément", peut-on entendre sur l'une des vidéos. "Ils ont leurs propres écoles, leurs propres livres de biologie...  Après on dit que c’est asocial, que ce n'est pas de l'intégration. Mais je me dis alors : est-ce que ce n’est finalement pas plus facile que les choses restent un peu séparées ? Plutôt que de devoir adapter notre enseignement en permanence à chaque nouvelle chose et chaque nouveau truc."

Chargement lecteur vidéo ...

Vague d’indignation

Ce jeudi matin, le recteur de l'Université d'Anvers, Herman Van Goethem, a été informé des images partagées sur les réseaux sociaux. "Personnellement, je trouve cela en-dessous de tout. Ce qui a été dit est totalement inacceptable", a-t-il réagi. "L'administration de l'université se penche actuellement sur l'affaire. Des mesures supplémentaires seront ensuite éventuellement prises", précise-t-il.

De nombreux étudiants ont aussi fermement condamné ces déclarations. Certains d'entre eux envisagent de déposer plainte contre les deux membres du personnel.

De son côté, l'association interculturelle Kif Kif,  qui lutte contre le racisme et pour l'égalité, a également dénoncé les faits : "Ces images ne montrent pas de pommes pourries mais sont bien la preuve d’un racisme structurel", dénonce l'organisation sur Twitter. 

Les plus consultés